Régions Centre : ALGER
Un égout à ciel ouvert en plein centre de la capitale


Il est déplorable de constater que la malpropreté et la saleté sont devenues le pain quotidien des Algérois. Aucune règle d’hygiène et de salubrité publique n’est de mise. Et il est regrettable de constater que juste à côté de la Maison de la presse, au niveau du 155 de la rue Hassiba Ben-Bouali, un égout à ciel ouvert est entretenu depuis des mois, sans que cela ne choque personne, tant cet état de fait est devenu “normal” et quotidien.
Le tuyau d’égout qui a éclaté dans le dépôt Naftal (ex- Sonatrach) a inondé le garage et se déverse directement sur le boulevard. Les responsables du “garage” ou dépôt, qui dépendent du ministères de l’Energie, attendent que l’OPGI de Sidi M’hamed fasse les réparations. Quant à ce dernier il attend que les gestionnaires de Naftal veuillent bien leur ouvrir les portes du “garage”. Malgré les risques de contamination provenant des eaux usées, nous voyons des enfants jouer dans ce bourbier. Quand on sait que des cas de choléra sont encore signalés ça et là à travers le territoire national, on peut dire que le danger est réellement présent parmi nous. Un égout à ciel ouvert entretenu en plein centre d’Alger, cela ne se verrait ni à Kaboul ni à Mogadiscio mais à Alger, oui. Il faut dire que la malpropreté est devenue chose normale par les temps qui courent.
R. C.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable