Lundi 07 Novembre 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Corruptions
Le Soir Multimédia
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Corruptions
Les assises annuelles de Transparency International du 10 au 14 novembre 2005

L’ONG de lutte contre la corruption Transparency International tiendra ses assises annuelles du 10 au 14 novembre 2005 à Berlin. Plus de 300 représentants de sections nationales venant de 90 pays participeront à cette rencontre, dont une délégation de l’Association algérienne de lutte contre la corruption. Suite...


BAHREIN AU CENTRE DU FORUM DE L'AVENIR

Bahreïn connaîtra à partir d’aujourd’hui une semaine très chargée en rencontres internationales où les questions de lutte contre la corruption occuperont une place très importante, avec les droits de l’homme, la liberté d’expression, les droits des femmes, la démocratie et les droits sociaux. Le Forum pour l’avenir initié par les gouvernements du G8 et ceux du Maghreb et du Moyen-Orient se tiendra le 11 novembre en présence d’une délégation d’ONG. Suite...


L’IPC 2005 VU PAR UN EXPERT
"Un palmarès de la corruption ?"

Pierre-Christian Soccoj (*) est magistrat totalement impliqué dans la prévention et la lutte contre la corruption. Il vient de publier dans le quotidien français Le Monde , édition parue le samedi 5 novembre 2005, un point de vue sur l’Indice de perception de la corruption ( IPC), instrument créé par l’ONG Transparency International. De nombreux lecteurs nous ont fait part de leur intérêt pour l’IPC. Nous publions ci-dessous le point de vue de Soccoj. Pour rappel, l’Algérie a obtenu la très mauvaise note de 2,8 sur 10 dans l’IPC 2005. Suite...


LE VOTE DU PROJET DE LOI CONTRE LA CORRUPTION CONSTAMMENT REPORTE
La montagne accouche d'une souris qui se fait désirer

Est-ce que le gouvernement Ouyahia ne veut plus entendre parler du projet de loi contre la corruption dont le vote par les députés est sans cesse reporté depuis juin dernier ? Le ministre de la Justice, dont le département a piloté l’élaboration du document à grands renforts médiatiques de longs mois durant, reste étrangement silencieux : en a-t-il trop fait ou trop dit, ou lui a-t-on signifié la fin du brouhaha autour de ce projet de loi, mission accomplie ? A moins que ces reports successifs du vote soient le résultat d’une trêve entre les différentes factions du pouvoir qui s’affrontent par grosses affaires de corruption interposées ? Un rappel chronologique s’impose pour essayer de comprendre ce qui se passe. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site