Régions Centre : LA CAMPAGNE ÉLECTORALE S'EMBALLE A BOUMERDES
L’opposition occupe le terrain à Laâziv, le FLN tente de ratisser large à Chabet-El-Ameur


Le RCD et le FFS ont imprimé, jeudi dernier, un nouvel élan à leur campagne électorale pour conquérir les électeurs de la commune de Laâziv (wilaya de Boumerdès).
Les activités qu’ils ont organisées ne sont pas de trop pour tirer de sa léthargie cette localité, qui, contrairement au tempérament de sa population, est restée, depuis 2002, en marge de l’effervescence politique qui caractérise la Kabylie. “Nous voulons réhabiliter le politique”, nous confiait, avant l’entame de la conférence-débat que son parti avait animée au centre culturel, M. Arezki Benameur, chef de file de la liste du parti de Dda l’Hocine dans cette commune. Pour réaliser ce vœu il suffit, selon lui, de barrer la route au clan d’Oujda et ses relais locaux. “Il est malheureusement peut-être utile que ces dernières années Bouteflika et son clan soient revenus aux affaires, dès lors les Algériens constateraient leur capacité de nuisance et leur racisme latent à l’endroit de la Kabylie”, dit-il avant de conclure : “Ce pouvoir doit partir, nous commencerons par sa base, la commune en l’occurrence”. Plus terre à terre, il préconise, si, bien entendu, sa liste gagne ce scrutin, une prise en charge des problèmes de gestion de l’APC pour éliminer, selon lui, “des poches de l’incompétence”. Comme par ailleurs il promet la prise en charge de problèmes qui empoisonnent le quotidien de ses concitoyens, notamment la réfection des routes, l’alimentation des citoyens en eau potable, la résorption des problèmes de santé. Le RCD, concurrent par excellence du FFS à Laâziv, outre des sorties de proximité des candidats, a organisé, le lendemain (vendredi dernier), une conférence-débat animée par M. Ali Brahimi, membre de l’exécutif du Rassemblement et figure emblématique du Mouvement berbère. De prime abord, l’homme politique a fustigé le pouvoir, qui, selon lui, a programmé la clochardisation de la Kabylie, laquelle mène un combat dont l’issue est déterminante pour l’avènement de la démocratie et l’émancipation citoyenne dans notre pays. Par la suite, M. Brahimi est longuement revenu sur l’expérience de la gestion des élus de son parti. “Nos élus se sont mis avec conviction au service de la collectivité”. “Pour preuve, a-t-il précisé, ils ne sont pas mêlés à des scandales. Ils ont terminé et quitté les APC et les APW la tête haute.” Par la suite, M. Belhadid Aïssa, militant depuis 1989 du RCD et chef de file de la liste de ce parti, est intervenu pour expliquer à l’auditoire les actions qu’il compte mettre en chantier “solidairement avec mes camarades de liste”, insiste-t-il, une fois la caution populaire acquise. “Notre commune est submergée de problèmes, leur résorption exige des efforts de longue haleine et un dévouement sans faille. Nous sommes prêts, avec votre soutien, à faire ces efforts. Par ailleurs, la transparence dans la gestion des affaires de la collectivité sera notre credo”, at- il promis aux électeurs. A noter que les citoyens de la ville de Laâziv ont montré, jeudi dernier, un intérêt particulier aux affiches des candidats. Un attroupement d’une quarantaine de citoyens se formait sans discontinuer autour du panneau d’affichage du centre ville. Seuls le RCD et le FLN avaient collé les posters des candidats tandis que le FFS a affiché celui de son leader charismatique, M. Aït Ahmed. Les badauds sauront que le candidat du FLN est âgé de 64 ans.
L. A.



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2005/11/16/article.php?sid=30619&cid=23