Lundi 28 Novembre 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Corruptions
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Régions Est
TÉBESSA
L’histoire d’une ville qui se meurt

Évoquer l’antique Theveste, c’est plonger entièrement dans le catalogue architectural de notre histoire nationale. La préhistoire avec ses peintures rupestres, ses outils en pierre taillée, ses dolmens et ses tombeaux mystérieux... Suite...


JIJEL
Pour un comité de veille intempéries

Depuis quelques jours, les habitants de la wilaya de Jijel ont ressenti nettement une baisse du mercure qui leur fait craindre le pire. Les précipitations importantes du week-end dernier, accompagnées d’une vague de froid et de chute de neige font rappeler aux populations des localités rurales les moments pénibles et très difficiles qu’ils ont vécus en janvier et février 2005. A titre de rappel, les intempéries ayant frappé la région au début de cette année ont causé d’énormes difficultés aux habitants des hameaux isolés. Suite...


ANNABA
Arrestation d’un dangereux malfaiteur armé

Un dangereux malfaiteur, H. C., 21 ans connu sous le sobriquet de Sabri, a été appréhendé dimanche aux environs de 19 heures 30, à Annaba, a-t-on appris de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya. Suite...


MILA/PROTECTION DU BASSIN VERSANT DE BENI-HAROUN
Reboisement et travaux sylvicoles réhabilités

Après des années d’errements, d’égarement et de renoncement dans une indifférence caractérisée des uns et des autres et un laisser-faire outrageant parce que trop préjudiciable et aux conséquences incalculables sur un projet grandiose qui est en train de coûter les yeux de la tête au contribuable (plusieurs milliards de dollars) et des décennies d’attente, de sacrifice et d’espoir pour des millions de résidants les wilayas de Mila, Constantine, Jijel, Batna, Khenchela et Oum El-Bouaghi qui attendent avec impatience la mise en service du fameux barrage d’un milliard de mètres cubes, en l’occurrence Beni- Haroun, ce fleuron de l’hydraulique algérienne, risque d’être un camouflet comparativement au grand espoir qu’il a suscité. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site