Actualités : ÉLECTIONS DES CONSEILS DE DÉONTOLOGIE
Après les médecins, les pharmaciens s’opposent


Les élections des conseils de déontologie annoncées pour le mois de février prochain par le Conseil national de déontologie médicale, CNDM, sont compromises à cause du rejet signifié par les pharmaciens. Ces derniers rejoignent dans cette position les médecins qui avaient dénoncé “les querelles intestines et les luttes partisanes (qui) ont figé des sections ordinales sur le terrain et installé le désordre dans l’ordre”.
En effet, l’intersyndicale des praticiens de santé, les médecins spécialistes, les maîtres-assistants, les professeurs et docents (le SNPS, le SNPSSP, le SNMASM et le SNPDSM avaient déclaré déjà la faillite du CNDM et ont rejeté l’organisation des élections par cette instance. Le Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo), a rendu publique hier sa position vis-à-vis de ces élections par le biais d’un communiqué. Une position par laquelle il rejoint l’attitude des médecins en refusant l’organisation des élections par l’actuel CNDM. Les causes évoquées par le Snapo concernent la défaillance du Conseil national de déontologie médicale, des sections ordinales nationales (Son) et régionales (Sor) des trois professions médicales (médecins, chirurgiens dentistes et pharmaciens) qui se trouvent actuellement en situation de vide juridique et sans instances dirigeantes légalement élues tenant compte de l’expiration des mandats de toutes les sections depuis plus de trois ans. Parmi les causes, également, “l’intention affichée par le CNDM, en dépassant le mandat, d’organiser des élections sélectives, par la confection d’un règlement électoral sur mesure, qui va exclure d’une manière anti-déontologique et non réglementaire la majorité des praticiens inscrits au tableau de l’ordre”. Le Snapo précise que des praticiens inscrits au tableau de l’ordre seront interdits non seulement du droit de candidature, mais aussi du droit de vote. “Le règlement électoral, tel qu’il a été établi, annonce une sorte de trucage préélectoral et démontre une volonté visant à reconduire le Conseil de l’ordre à la même situation de défaillance vécue aujourd’hui”, indique le communiqué. En rejetant l’organisation des élections par l’actuel CNDM, le Snapo appelle par la même occasion le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière à user de ses prérogatives pour que les élections des conseils de déontologie soient organisées par le ministère de la Santé en coordination avec les organisations professionnelles légales et représentatives conformément à l’article 226 du décret exécutif n°92- 276 du 06 juillet 1992 portant code de déontologie médicale.
I. T.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable