Actualités : ÉTAT DE SANTÉ DE ZERHOUNI
La rumeur force le gouvernement à réagir


Le ministre délégué aux Collectivités locales, Daho Ould Kablia, a réagi hier, à travers l’agence officielle APS, à propos de ce qu’il a qualifié de “rumeurs indécentes” relatives à l’état de santé de son ministre hiérarchique, Nouredine-Yazid Zerhouni.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - “L’état de santé du ministre d’Etat est parfait à l’issue d’une lourde opération rénale et M. Zerhouni poursuit l’habituel traitement d’accompagnement, prescrit en pareil cas par ses médecins”, affirme donc Ould Kablia, le ministre délégué aux Collectivités locales et, par ailleurs, ministre de l’Intérieur par intérim durant cette longue absence de Zerhouni. L’homme fort du régime Bouteflika, en l’occurrence Zerhouni, n’assure plus ses fonctions depuis des semaines pour cause de maladie. Hospitalisé à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, le ministre de l’Intérieur a, en fait, subi une greffe rénale, comme le confirme d’ailleurs Ould Kablia. Lequel responsable qui ajoutait, toujours dans son intervention “sus-citée” à l’APS, que “sa convalescence (de Zerhouni, ndlr) se déroule dans les meilleures conditions, hors de l’hôpital qu’il a quitté depuis plusieurs semaines déjà, ce qui lui permet d’ailleurs de s’informer régulièrement des activités principales de son ministère”. Lorsqu’on poursuit une convalescence “plusieurs semaines après avoir quitté l’hôpital” et que, par ailleurs, aucune voix officielle ne vient expliquer cette absence de l’un des plus hauts responsables du pays, l’indignation d’Ould Kablia perd toute crédibilité. “Je suis indigné, a ajouté le ministre délégué aux Collectivités locales, par la propagation continue de rumeurs indécentes et à tout le moins déplacées qui ne correspondent ni aux valeurs nationales de compassion, ni à la simple morale humaine de respect à l’égard d’un malade et de sa famille”. Un “malade” qui occupe toutefois une fonction si névralgique qu’il est raisonnable que l’opinion s’interroge sur sa longue absence. Le citoyen algérien a , ceci étant, comme tous ses semblables de la planète, plus besoin d’une communication précise, et en temps réel, et en l’espèce sur l’état de santé de ses responsables que des démentis officiels enflammés à des rumeurs de rue du reste légitimes. L’hospitalisation à Paris de Abdelaziz Bouteflika depuis dix jours n’a pas, non plus, bénéficié d’un meilleur traitement en matière de communication. Et ce ne sont surtout pas les JT “bréjnéviens” de l’ENTV qui vont rassurer le citoyen…
K. A.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable