Sports : LE MATCH DU JOUR
JS KABYLIE - MC ALGER
Faîtes que le foot soit en fête !


Moment très attendu, tel un rituel, et comme le dit la chanson, depuis un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, voici venu, donc, ce moment-clé de la saison opposant deux de ces équipes qui incarnent le mieux au niveau des clubs ce qu’il y a eu de meilleur dans la longue histoire du football algérien.
Que nos amis de l’USM Alger ne nous en veuillent pas, mais de loin, de très loin, et même si par les temps qui courent les JSKUSMA ne laissent pas insensibles, les rendez-vous entre Kabyles et Algérois du doyen des clubs algériens, ont une saveur toute particulière. Pour tout dire, même lorsque l’un ou l’autre, voire les deux, ne se portent pas bien, il y a toujours ce petit quelque chose qui fait de ce match un moment à ne pas manquer. Cette fois, plus encore que ce ne fut le cas ces toutes dernières années, ce JSKMCA retient singulièrement l’attention. Et ce lundi, contrairement à ce que fut le cas depuis le début de la saison, au stade du 1er- Novembre, il va falloir jouer des coudes pour se trouver une place dans ce stade qui s’avérera un peu “vieillot” pour une telle affiche. D’une part, le leader kabyle, jamais depuis longtemps respirant une aussi belle santé et de l’autre un Mouloudia d’Alger, enfin répondant aux attentes de ces milliers de supporters, et ce n’est pas le revers subi à Annaba, jeudi dernier, qui remet en cause l’œuvre réalisée par Bouzid et compagnie. Ce dernier, à l’instar des nouveaux venus chez les Mouloudéens, qui, à travers leurs anciens coéquipiers, ont dû entendre parler de cette traditionnelle empoignade et, entre autres, de ce fameux match de la saison dernière qui reste encore en travers de la gorge de ceux qui y avaient pris part. Bien sûr, depuis, les choses ont évolué, du côté du MCA notamment. Ils ne sont plus cette équipe qui ramasse des 6-1 ou des 4-0 à domicile. Le MCA est, aujourd’hui, une équipe qui sait se faire respecter et recèle des atouts non négligeables dont le premier, et certainement pas le moindre, un coach qui sait transmettre sa grinta, sa hargne, parfois il est vrai à l’excès. En effet, Robert Nouzaret, l’ex-complice de l’inénarrable Louis Nicollin, son président à Montpellier, a su monter une équipe qui, s’il est vrai qu’elle manque de certaines petites choses pour en faire un superfavori pour le titre comme la JSK par exemple, ce Mouloudia cuvée 2006 a de la personnalité. Mais, cela suffira-t-il à freiner la belle machine qu’est en train de “fabriquer” Jean-Yves Chay ? Badji et ses amis savent sans doute que s’ils veulent éviter un second revers de suite, ils se doivent de sortir le grand jeu parce que, par les temps qui courent, rencontrer une équipe de la JSK aussi bien dans sa peau et qui voudrait certainement prendre un peu d’air par rapport à ces équipes qui lui font la chasse. On l’a déjà dit, ces Canaris sont tellement transformés qu’on peut que le redire : les Hamlaoui, Meftah et autre Harkat sont en train de réhabiliter l’image d’un club qui, depuis au moins deux saisons, même lorsqu’il a remporté le titre, n’a pas eu de cesse de chercher son football, ce football-là qui en a fait un exemple depuis des lustres. Maintenant, si les Canaris et les Mouloudéens, eu égard à ce qu’ils ont montré ces derniers temps, n’arrivent pas à présenter un spectacle digne de leur standing, il y aurait vraiment de quoi désespérer de ce football algérien. Mais, puisqu’ils ont en commun le vert, gardons l’espoir que dans la même communion, ils nous offrent un autre match que les mémoires retiendront. Ainsi soit-il.
Azedine M.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable