Sports : FOOTBALL
COUPE D'ALGERIE "Dr MAOUCHE" (1/32es DE FINALE)
La “Dame” fait son inventaire


Sans jouer, la sélection d’Algérie a gagné des places au classement mondial. C’est la loi implacable de la FIFA. Peut-être que pour atteindre les sommets, notre football devrait éviter de se “mouiller”…On ne sait jamais ! Ce que l’on sait par contre est que ce jeudi et demain, vendredi, des têtes vont tomber à l’occasion des trente-deuxièmes de finale de l’épreuve populaire.
Le tirage au sort dirigé a tout fait pour éviter aux clubs grands par leur budget de quitter la compétition de manière précoce, mais Dame Coupe a ses règles. Difficiles à contourner, pas évidentes à négocier. La force est aux footballeurs de caractère, pas ceux qui bombent le torse. Les plateaux proposés aujourd’hui et demain seront tellement variés qu’il est ardu de présenter une affiche (PAC -ESS) et omettre de signaler les obstacles qui graviteront le chemin des grosses cylindrées. A l’instar du CAB qui jouera l’ASK, une équipe capable de se mettre au diapason malgré qu’elle soit en difficulté ces dernières semaines en championnat, ou encore le WAT qui affrontera un autre club de D2, le MSPB intéressé par un parcours honorable dans cette compétition. MCO-USMH est, devenu depuis trois saisons déjà un classique en la matière. Harrachis, convaincus qu’ils n’ont plus le droit de rater à nouveau l’ascenseur, alors que les gars d’El Hamri ne veulent pas faire le chemin inverse. Les deux formations vont-t-elles pour autant sacrifier la coupe ? Impossible en tout cas, puisqu’à ce niveau, il faudrait un vainqueur et bien sûr un vaincu. Sinon, les autres pensionnaires de l’élite seront conviés à des parties qui s’annoncent en leur faveur. Le tenant, l’ASO, devra quand même se méfier du CR Témouchent, et l’USM Annaba devra faire pareil face à l’ES Mostaganem. Une dernière remarque : la commission de Hadj Bensekrane a programmé un match par surface du jeu naturelle sauf à Bouira où devront se disputer, cet après-midi, PAC-ESS et demain le match MCA-IRB Sidi Aïssa. Le gazon du stade de Bouira résistera-t-il aux godasses des 22 acteurs d’aujourd’hui sous des conditions climatiques exécrables pour offrir, 24 heures plus tard, des conditions potables à l’évolution des gars de Farhi et ceux de Menguellati ? La saison dernière, cette même pelouse a été inaugurée sous la neige, et a failli connaître les mêmes dommages subis par nos terrains à betteraves. Alors ?
M.B

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable