Actualités : VOTE DE TROIS ORDONNANCES A L'APN
Le PT pour perturber l’unanimisme


Fidèle à sa position de principe qui se veut de revendiquer un débat autour des questions engageantes, le groupe parlementaire du Parti des travailleurs (PT) s’est abstenu de se prononcer sur les trois ordonnances soumises au vote hier, à l’Assemblée populaire nationale (APN). A contrario, l’instance de coordination parlementaire de l’alliance présidentielle (FLNRND- MSP), réunie le jour même, a appelé les députés à s’exprimer favorablement quant à l’ordonnance sur la mise en œuvre de la charte pour la paix et la réconciliation nationale.
Sofiane Aït Iflis - Alger (Le Soir) - Il n’y a eu donc que l’entité parlementaire du PT pour empêcher que les ordonnances en question ne recueillent l’assentiment intégral des députés présents à l’hémicycle. Le parti de Louisa Hanoune, à travers sa représentation parlementaire, a affirmé, expliquant l’abstention observée, que «dans l’impossibilité de pouvoir s’exprimer en plénière, il a décidé de s’abstenir sur les trois projets». S’agissant du fond, le groupe parlementaire du PT en a pour chaque ordonnance formulée une appréciation. «Concernant la mise en œuvre de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, malgré les contradictions de la charte nationale et ses limites, notre parti a appelé le peuple algérien à décréter la paix et la réconciliation nationale le 29 septembre 2005 sans conditions ni préalables», a-t-il écrit dans un communiqué rendu public ajoutant que «parce que, en confirmant la souveraineté nationale par une solution algérienne à la crise, contre tout plan de pseudo-paix imposé de l’extérieur, il s’agissait toujours pour nous d’ouvrir les horizons, de réelles perspectives de paix pour le peuple algérien dans un processus graduel». Le groupe parlementaire du PT ne s’arrête pas à cette seule appréciation mais en rajoute la suivante : «Dans le texte qui est soumis, nous enregistrons des mesures d’apaisement, dont la libération des détenus, la prise en charge sur le plan social de toutes les victimes de la tragédie nationale.» Le PT plaide enfin l’établissement de la vérité. De l’ordonnance concernant le statut des personnels militaires, le groupe parlementaire du PT ne dira rien de particulièrement singulier, sauf qu’il reste attaché à la «continuité (historique, s’entend, ndlr) matérialisée dans les missions et la nature actuelles de l’armée algérienne telles que définies par la Constitution». A propos de la pratique des cultes autres que l’islam, le PT a estimé que «notre pays ayant déjà été meurtri pendant plus de 14 ans par une guerre de décomposition, y institutionnaliser des divisions sur des bases religieuses fournirait des points d’appui aux manipulations et aux provocations». Plus clairement dit, le PT considère que la question du culte relève du domaine privé. Si le PT jette un regard sur le fond de la chose, il n’en est pas de même de l’alliance présidentielle. Cette dernière, à travers son prolongement parlementaire, a non seulement invité à approuver l’ordonnance de la mise en œuvre de la charte mais a aussi exhorté à en hâter l’application ainsi qu’à mener campagne. L’approbation a lieu. La prompte application aussi et bien avant. Quant à la campagne, elle suivra certainement.
S. A. I.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable