Actualités : DGSN
Quatre policiers en prison


Pas moins de quatre cadres supérieurs de la police ont été placés sous mandat de dépôt par le juge instructeur dans une affaire de trafic d’influence et de détournement de deniers publics. Quatre autres personnes (civils) sont également poursuivies dans le cadre du traitement de ce dossier.
C’est, en effet, le colonel Ali Tounsi, directeur général de la Sûreté nationale qui a ordonné une enquête judicaire après l’éclatement d’un scandale qui a éclaboussé d’anciens responsables du service des moyens techniques de la DGSN. Il s’agit d’un commissaire divisionnaire ayant occupé les fonctions de directeur du service des moyens techniques durant les années 1998 et 2004. Le second policier écroué dans le cadre de cette affaire n’est autre que l’ancien sous-directeur du service des moyens techniques. Il est à noter que ce dernier a déjà été rétrogradé puis muté de son poste par la commission de discipline, aux premiers soubresauts de cette affaire. Les autres agents impliqués sont des fonctionnaires du même département. Il est à noter que l’affaire dont le suivi a été assuré par le colonel Ali Tounsi en personne, a été découverte sur la base d’informations et rapport établi qui mettent en relief les dérives dans le fonctionnement de ce service central. A retenir que ce service est chargé de doter la police nationale en équipements techniques utilisés dans les différents types de communication. Dans le cadre de la solution de ce dossier, trois commerçants ont été cités puis impliqués par la justice. Il s’agit d’importateurs dont deux femmes. Ces derniers se sont occupés de la fourniture des équipements nécessaires. L’examen de la situation a permis aux enquêteurs de découvrir le pot aux roses. Faux et usage de faux, violation des lois sur les passations de marchés, usurpation de fonction, et entorse au mouvement des capitaux. Ce sont autant de griefs retenus contre eux. Il est en outre à noter que l’ancien responsable du service des moyens techniques a déjà été radié du corps de la police, il y a près d’une année. Au moment où les quatre policiers ont été placés sous mandat de dépôt, les trois citoyens ont, quant à eux, écopé de deux contrôles judicaires et d’une liberté provisoire en attendant de comparaître devant un tribunal. Il est enfin à retenir que la mise à nu de cette histoire traduit la volonté de la DGSN à lutter contre les agents qui ternissent l’image de la police du pays.
A. G.
amirsoir@yahoo.fr

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable