Sports : FOOTBALL
CHAMPIONS LEAGUE AFRICAINE (2e TOUR, ALLER)
Demain (18h) au stade Demba-Diop de Dakar : ASC Port Autonome (Sénégal) - USM Alger
En finir avec le syndrome sénégalais


L'USM Alger rencontrera demain à Dakar, l'équipe sénégalaise du Port Autonome de Dakar (PAD) dans le cadre des 1/16es de finale "aller" de la Champions League africaine.

Les Usmistes ont effectué le déplacement dans la capitale sénégalaise auréolés de leur double victoire en championnat lors des derniers derbies d'Alger face au MC Alger (1-0) puis au CR Belouizdad (2-1), lundi soir en match retard de la 20e journée. Les six points engrangés en l'espace de quatre jours, ont permis donc aux Rouge et Noir d’accomplir une belle remontée au classement général en se positionnant à la seconde place derrière le leader, la JS Kabylie. Les camarades de Bilal Dziri aborderont ce match avec "détermination" pour assurer le "résultat nécessaire" en perspective du match retour et de la qualification au prochain tour, soutient- on dans le camp usmiste. L'entraîneur de l'USMA, Mustapha Biskri, mise ainsi sur l'expérience acquise par ses joueurs dans les compétitions africaines, que sont Deghmani, Haddou, Hamdoud, Dziri et Achiou notamment. Le staff technique pourra en outre disposer de Belkaïd, Benchergui et Ghazi totalement rétablis de leurs blessures. A cela s'ajoute l'éclosion de jeunes talents qui se sont affirmés en titulaires à part entière, à l'exemple du gardien de but Zemamouche et du jeune international Hocine Metref. La forme affichée actuellement par la formation usmiste constitue un plus qui devrait favoriser la poursuite de l'aventure africaine du club algérois dont la prochaine étape passe par une qualification aux quarts de finale. Le staff technique usmiste ne connaît cependant pas grand chose de son adversaire sénégalais. Cette équipe s'est difficilement qualifiée au tour préliminaire aux dépens de l'AS Douanes du Togo (3- 2), après avoir obtenu le nul (0-0) à l'aller. Elle a même été menée par l'équipe togolaise (1-2) à six minutes de la fin, avant que Malick Faye n'inscrive successivement deux buts. Le premier sur penalty (84') et le second synonyme de qualification à la 86’. En championnat du Sénégal, le PAD occupe actuellement la première place du groupe B, à égalité de points avec la formation de HLM (14 points). Le PAD compte un match de retard et devance l'équipe de la Jeanne d'Arc (3e) que les footballeurs algériens connaissent bien. La formation sénégalaise qui manque visiblement d'expérience sur le plan continental, renferme en son sein deux internationaux ayant évolué avec la sélection du Sénégal lors de la dernière édition de la CAN- 2006 en Egypte. Il s'agit du gardien de but, Bouba Cissokho et de l'attaquant Pape Modou. Le PAD compte également des joueurs de qualité dont Abdoulaye Diakhate, Alpha Ndiaye, et Léon Coly. La principale force de cette équipe réside, selon les spécialistes, dans "la stabilité de l'encadrement technique" confié à Malick Daf qui dirige la barre technique pour la troisième année consécutive. Cet ancien joueur professionnel ayant évolué en Belgique, estime pouvoir réaliser un “résultat positif” face à l'USMA pour mieux négocier la seconde manche prévue à Alger, dans une quinzaine de jours.

MOHAMED HAMDOUD (DEFENSEUR DE L'USM ALGER)
“L’idéal serait de marquer à Dakar”

Décalé au poste de défenseur central pour suppléer la blessure de Zeghdoud, Mohamed Hamdoud, le latéral droit usmiste semble avoir retrouvé une seconde jeunesse et sa longue expérience des compétitions africaines va être très utile à son club qui affronte la formation du Port Autonome de Dakar ce vendredi, pour le compte des 1/8es de finale aller de la Champions League.

Mohamed, vous avez joué combien de coupes africaines ?
J’en suis à ma dixième participation à une joute africaine.
Par conséquent, vous devez bien connaître le football sénégalais…
Oui, je connais le football sénégalais, quant à notre adversaire, le Port Autonome de Dakar, on n’a aucune idée. Bon, d’une manière générale, les Sénégalais ont un football physique et technique mais cela peut nous arranger parce que lorsqu’on rencontre une formation qui joue bien en football, on est beaucoup plus à l’aise.
Les supporters ne sont pas très rassurés sur votre fraîcheur physique qui est apparue plutôt défaillante face aux Burkinabés…
C’est vrai qu’on a souffert pour nous qualifier face à cette équipe du Burkina Faso, mais l’essentiel c’était de passer.
Benchergui revient de blessure et Eneramo n’est plus là. L’attaque usmiste est-elle décimée ?
C’est vrai que nous manquons d’attaquants, mais il faut savoir compter sur les autres joueurs, comme par exemple Metref qui s’avère être un excellent buteur après ses réalisations contre le MCA et le CRB.
Depuis quelques rencontres, Biskri vous a décalé au poste de stoppeur. Comment avez-vous vécu ce changement de poste ?
Ce n’est pas la première fois que j’évolue au poste de stoppeur et puis dans le football moderne, il faut être polyvalent. Moi, je suis à la disposition de l’entraîneur et qu’il me fasse jouer arrière-droit ou dans l’axe, cela m’est égal, l’important c’est d’être utile à l’équipe.
Après deux derbies difficiles face au MCA et au CRB, on se demande dans quel état physique vous allez affronter les Sénégalais ?

On a eu très peu de temps pour récupérer mais les victoires nous font oublier un peu la fatigue et puis nous avons un staff technique qui nous a préparé un programme de récupération pour être prêts d’ici vendredi. Mais l’important, c’est d’être prêt aussi bien mentalement que physiquement pour faire un bon résultat à Dakar.
L’USMA a une longue expérience en Champions League, mais la réussite la fuit. Comment faire pour forcer le succès ?

Il est évident que nous avons acquis beaucoup d’expérience des éditions précédentes. Mais pour forcer le succès, il faut un ensemble d’éléments qu’il faut maîtriser de bout en bout.
C’est-à-dire imiter un peu le Ahly du Caire ?

Oui, absolument. Le Ahly du Caire est un exemple à suivre mais à ce moment-là, il faudrait qu’on possède les mêmes infrastructures modernes avec des pelouses parfaites et des moyens de récupération adaptés et non pas continuer à s’entraîner sur du tartan désuet.
Quel serait pour vous le résultat idéal à Dakar ?
Marquer et ne pas encaisser de buts à Dakar serait l’idéal.
Vous misez sur une victoire à l’extérieur ?
Vous m’avez demandé mon pronostic idéal et c’est celui-là. Maintenant, sur le terrain, ce sera autre chose mais dans ce genre de confrontations en aller-retour, marquez chez l’adversaire est très déterminant.
Propos recueillis par H.B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable