Régions Est : ANNABA
Un Centre régional de lutte contre le cancer voit le jour


Attendu depuis plusieurs années, le projet d’un centre régional de lutte contre le cancer, à Annaba, a finalement abouti. Les travaux de réalisation de cette infrastructure, dont le coût est de 1,8 milliard de dinars, seront lancés très prochainement, a-t-on appris, dimanche, lors d’une réunion qui a regroupé la direction générale du centre hospitalier universitaire et les représentants de l’entreprise chinoise CS CEC, retenue pour l’exécution de ce projet.

Lors de cette réunion, les deux parties ont examiné les conditions de mise en place du chantier et les dispositions à prendre en vue du démarrage des travaux dont l’étude a été réalisée par le bureau Bereg domicilié à Tlemcen. Ce projet, a indiqué le professeur Saïdia Abderrahmane, directeur général du CHU de Annaba, s’intègre dans un programme du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière qui prévoit 10 infrastructures analogues à travers le territoire national dans le but de faire face à la demande croissante en soins et d’éviter aux malades de longs, coûteux et pénibles déplacements vers Alger et Constantine, notamment. Il a, d’autre part, souligné que le positionnement de l ‘hôpital Ibn Rochd où sera implanté ce projet relève d’une approche intégrée dans le traitement qui comprend outre la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie… La progression terrible des cancers dans notre pays, a-t-il expliqué, a contraint le ministère de la Santé à élaborer un programme national et la mobilisation générale des professionnels de la santé et des institutions concernées, à l’exemple de la société générale d’ORL qui a décidé de consacrer l’intégralité de son 5e congrès aux cancers ORL, en général, et aux cancers de la glande thyroïde, en particulier. Ce congrès est prévu les 7, 8 et 9 juillet prochain à Annaba et regroupera un très grand nombre d’experts européens et algériens de la thyroïde. Outre l’évaluation de la problématique des cancers thyroïdiens, ce congrès sera marqué par la constitution d’équipes multidisciplinaires pour le traitement et la confection d’un programme national de prise en charge de cette pathologie. Nabil Kebaïli

APRES AVOIR ETE DESERTE PAR SES HABITANTS A CAUSE DE L'INSECURITE
Le village côtier de Aïn-Barbar renoue avec la vie

Quelque 20 familles, qui avaient déserté leur village côtier de Aïn Barbar, situé à l’ouest de la ville de Annaba, à cause de l’insécurité des années durant, sont retournées chez elles après “un exil forcé” à Seraïdi. C’est ce qui a été constaté lors d’une récente visite de travail et d’inspection du wali de Annaba, Brahim Bengayou. Il s’est enquis des opérations de réhabilitation des infrastructures de vie totalement détruites et de l’état d’exécution du programme de construction de 70 logements ainsi que des autres habitations ayant subi des dégâts causés par des actes terroristes. La sécurisation du village de Aïn Barbar, avec l’implantation d’une caserne de la garde communale et la relance des activités dans les secteurs de la pêche et de l’agriculture, va permettre un retour progressif d’autres familles habitant actuellement au Complexe régional d’éducation physique et sportive (CREPS) de Seraïdi. Le 30 juin a été fixé par les autorités de wilaya pour le déménagement définitif du reste des familles à Aïn Barbar qui enregistre actuellement des travaux de remise en service des structures et équipements de services à l’exemple des réseaux d’alimentation en eau potable et de l’assainissement. Il faut souligner, à ce propos, que le chef de l’exécutif de wilaya suit de près depuis plusieurs mois la mise en place des conditions favorisant le retour des familles dans leur ancien village. N. K.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable