Régions Ouest : ADRAR
Plus de 18 heures sans électricité !


Privés d’électricité depuis plus de 18 heures, les habitants des quartiers des 140 et 191 logements de la ville d’Adrar sont en train de boire le calice jusqu’à la lie et souffrent le martyre. “C’est dur et vraiment insupportable, nous confie B. A., une septuagénaire. Pas d’eau fraîche, pas de climatisation : c’est l’enfer !”. Ces jours-ci, la chaleur s’est fait remarquer et l’étau causé par l’épais manteau de nuages blancs se resserre et les gens étouffent. Vivre plus de 18 heures sans électricité relève de l’exploit.
Si pour les plus nantis, ils peuvent se réfugier chez des proches dont les quartiers n’ont pas été touchés, la plupart, n’ayant pas où aller et au risque de recevoir la visite de personnes indésirables (malfaiteurs) préfèrent rester chez eux en attendant la délivrance. Le vent de sable qui avait secoué la région avec une violence intense, a causé beaucoup de dégâts, entraînant la chute de pylônes électriques avec les conséquences que l’on vient de décrire. Les équipes de maintenance sont à l’œuvre et ont travaillé d’arrache-pied, de jour comme de nuit, afin de procéder à la réparation des dégâts. Le courant fut rétabli à 21 heures après plus de 18 heures de coupure. Un grand ouf de soulagement pour les habitants des quartiers concernés. Installés devant leurs téléviseurs et bercés par le bruit du climatiseur, les passionnés de la balle ronde ont pu enfin savourer pleinement le spectacle et l’enjeu pour lequel trente-deux équipes s’affrontent. L’eau fraîche est là, absorbée en grosses quantités pour étancher la soif et l’anxiété des 18 heures.
El-Hachemi

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable