Régions Centre : TIZI-OUZOU
Trois malfaiteurs sous mandat de dépôt et quatre autres sous contrôle judiciaire


Poursuivant la traque des criminels dont les actes de malfaisance préoccupent la population de la wilaya qui, peu habituée à la multiplication des actes criminels de toute nature et surtout à leur médiatisation systématique, croyant être en face d’un phénomène particulier à la wilaya, manifeste son mécontentement à l’exemple de ce qui s’est passé récemment à Souk-El- Tenine, daïra de Maâtkas à la suite de l’enlèvement et de l’assassinat du jeune écolier Ali Hadjar et à Aïn El Hammam au lendemain de l’assassinat d’un chauffeur de taxi.
La police judiciaire multiplie les opérations de contrôle et d’intervention qui aboutissent à des résultats modestes mais palpables tels que l’arrestation, le 29 mai de 7 malfrats au boulevard Krim-Belkacem de Tizi-Ouzou dont trois ont été placés sous mandat de dépôt sous l’inculpation d’association de malfaiteurs, de vol qualifié et de complicité, d’hébergement de criminels, de recel d’objets volés et de menaces. Quatre de leurs acolytes ont été placé sous contrôle judiciaire. Dans la nuit du même jour les services de la Sûreté de wilaya ont déclenché, conjointement avec la BMPJ de Tizi-Ouzou et de Draâ-Ben- Khedda, une opération au niveau du chef-lieu de wilaya et de ses environs, qui s’est soldée par l’interpellation de douze suspects parmi lesquels onze furent soumis à un examen de situation tandis que le douzième, présenté au parquet, fut inculpé pour détention et usage de stupéfiants. Le 16 mai, c’étaient 41 pilleurs de sable qui ont été arrêtés en flagrant délit d’extraction illicite de sable, de vol de sable, de pollution des forages d’eau potable, de la nappe phréatique... Parmi ces dernier, 33 furent placés sous mandat de dépôt. Ces résultats n’ont pas l’air de calmer l’ire de l’opinion publique, notamment les commerçants qui continuent de se plaindre des vols et des agressions pointant parfois du doigt les services de sécurité absents sur le terrain à partir de 18/19 h, selon certains intervenants lors de la réunion organisée par les arouch sur le foncier, les lieux de débauche et l’insécurité. Certains sont allés bien plus loin en parlant de laisser-faire, voire de complaisance de certains éléments. L’insuffisance des moyens humains et de couverture territoriale de la wilaya par les service de police revient comme une revendication récurrente malgré les efforts déployés dans ce sens par les autorités concernées, considérés comme insuffisants par certains milieux.
B. T.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable