Spécial Coupe du Monde 2006 : GROUPE A
ALLEMAGNE - POLOGNE, A DORTMUND (20H)
Chargé de douloureux souvenirs historiques


Le poids d'une histoire douloureuse pèsera sur les épaules des Blanc et Rouge ce soir lorsque la Pologne tentera face à l'Allemagne d'arracher sa survie en Coupe du monde de football, et de sauver son honneur.

“Le match avec l'Allemagne est le match de notre vie, c'est une question d'être ou ne pas être”, a résumé l'entraîneur polonais Pawel Janas, en prenant des accents à la Shakespeare. La rencontre est d'autant plus capitale qu'elle oppose deux pays qui n'ont pas encore scellé une vraie réconciliation depuis les tragédies de la Seconde Guerre mondiale. Envahie par l'Allemagne en septembre 1939, la Pologne a perdu près de six millions de ses citoyens, dont 3 millions de juifs, durant le conflit. L'Allemagne, de son côté, a dû céder en 1945 à la Pologne en 1945 de larges portions de ses territoires d'avant-guerre. Plus de 3 millions d'Allemands ont alors dû quitter leur terre natale. Tous ces souvenirs reviennent facilement à la surface. Un journaliste du quotidien polonais Gazeta Wyborcza a vu à Berlin des supporters allemands arborant un maillot barré d'un “En 1939, la Pologne a été vaincue en 28 jours, en 2006, 90 minutes suffiront”. Le jour du match coïncidera avec le 66e anniversaire du premier transport de prisonniers, tous polonais, vers le camp de concentration nazi d'Auschwitz, dans le sud de la Pologne. “Le football, ce n'est pas la guerre”, souligne cependant Przemyslaw Rudzki, journaliste sportif au quotidien populaire Fakt. Comme les autres journaux polonais, Fakt a préféré ces derniers jours accabler sa propre équipe, coupable d'avoir perdu 0-2 son match d'ouverture contre l'Equateur vendredi. Samedi, Fakta fait une Une totalement noire, avec trois des nombreux mots polonais qui signifient “honte” accompagnés d'un cinglant “Ne revenez pas à la maison”. “Il y a un sentiment général de désespoir en Pologne”, estime Przemyslaw Rudzki. “Je suis à 99% sûr qu'ils ne sortiront pas du groupe A (pour les huitièmes de finale). Tout le monde pense que l'Allemagne va remporter une victoire massive mercredi”. Par un autre hasard de l'histoire, la Pologne pourrait être vaincue par ses propres enfants, les deux stars polonaises de l'équipe d'Allemagne, Miroslav Klose et Lukas Podolski.
Attaque allemande “polonaise”
“La ligne d'attaque allemande est vraiment polonaise. Si l'Allemagne gagne, il est très probable que l'un des deux marquera”, dit Rudzki. “Ils ont grandi en Allemagne et considèrent l'Allemagne comme leur pays. Certains leur en veulent. Mais c'est leur choix et il faut le respecter”, ajoute le journaliste. Après un brillant parcours de qualification, les Polonais s'étaient mis à rêver à une campagne similaire à celle du précédent Mondial en Allemagne, celui de 1974 quand l'équipe légendaire d'Andrzej Szarmach et Grzegorz Lato s'était classée 3e, après s'être inclinée de justesse en demi-finales face à l'Allemagne de Franz Beckenbauer, qui remporta le titre. Certains supporteurs n'ont cependant pas perdu totalement espoir. “Je compte sur un match nul contre l'Allemagne et tout au fond de mon cœur je crois en la victoire”, affirme Andrzej Foltyn, un journaliste qui anime la petite revue “Nous sommes des fans”, qui tire à 10 000 exemplaires. Quel que soit le résultat, assure-t-il, les vrais supporteurs n'abandonneront pas leur équipe. Les responsables politiques aussi aimeraient un exploit de la Pologne contre l'Allemagne. Ce soir, le président Lech Kaczynski et le Premier ministre Kazimierz Marcinkiewicz seront tous deux à Dortmund dans l'espoir d'assister à une victoire de leur équipe.

 

10 ans sans “proie’’ européenne

L'Allemagne, qui affronte la Pologne pour son 2e match du Mondial-2006 de football (Gr.A), mercredi à Dortmund, n'a plus gagné contre une équipe européenne lors d'une phase finale d'un tournoi majeur - Mondial ou Euro - depuis 1996 et sa victoire en finale de l'Euro. Après la victoire sur la République tchèque (2-1 b.e.o.), grâce à un but en or d'Oliver Bierhoff - aujourd'hui manageur général de la Mannschaft -, les Allemands, après un match nul face à la Yougoslavie (2-2) au 1er tour, avaient été éliminés par la Croatie en quarts de finale du Mondial-98, puis sortis au 1er tour de l'Euro-2000 (1 nul et 2 défaites). Au Mondial-2002, ils se sont ensuite hissés en finale en rencontrant une seule équipe du Vieux Continent - nul contre l'Irlande (1-1) au 1er tour -, puis, à l'Euro-2004, ils ont une nouvelle fois été sortis au 1er tour (2 nuls et 1 défaite). En Coupe du monde, il faut même remonter à 1994, aux Etats-Unis, pour trouver trace d'une victoire allemande sur une équipe européenne en phase finale: en 8e de finale, l'Allemagne avait battu la Belgique (3-2). Par ailleurs, la dernière victoire de l'Allemagne face à une “grande” nation du football mondial, date du 7 octobre 2000, face à l'Angleterre 1 à 0 lors de la dernière rencontre disputée à Wembley.

Parcours de l'Allemagne en phase finale depuis le Mondial-98

• Mondial-98 (France)
- 15/06 à Paris, 1er tour : Allemagne bat Etats-Unis 2 - 0
- 21/06 à Lens, 1er tour : Allemagne et Yougoslavie 2 - 2
- 25/06 à Montpellier, 1er tour : Allemagne bat Iran 2 - 0
- 29/06 à Montpellier, 8e finale : Allemagne bat Mexique 2 - 1
- 04/07 à Lyon, 1/4 finale : Croatie bat Allemagne 3 - 0
• Euro-2000 (Pays-Bas et Belgique)
- 12/06 à Liège (BEL), 1er tour : Allemagne et Roumanie 1 - 1
- 17/06 à Charleroi (BEL), 1er tour : Angleterre bat Allemagne 1 - 0
- 20/06 à Rotterdam (NED), 1er tour : Portugal bat Allemagne 3 - 0
• Mondial-2002 (Japon et Corée du Sud)
- 01/06 à Sapporo (JPN), 1er tour : Allemagne bat Arabie
Saoudite 8 - 0
- 05/06 à Ibaraki (JPN), 1er tour : Allemagne et Irlande 1 - 1
- 11/06 à Shizuoka (JPN), 1er tour : Allemagne bat Cameroun 2 - 0
- 15/06 à Seogwipo (KOR), 8e finale : Allemagne bat Paraguay 1 - 0
- 21/06 à Ulsan (KOR), 1/4 finale : Allemagne bat Etats-Unis 1 - 0
- 25/06 à Séoul, demi-finale : Allemagne bat Corée du Sud 1 - 0
- 30/06 à Yokohama (JPN), finale : Brésil bat Allemagne 2 - 0
• Euro-2004 (Portugal)
- 15/06 à Porto, 1er tour : Allemagne et Pays-Bas 1 - 1
-19/06 à Porto, 1er tour : Allemagne et Lettonie 0 - 0
- 23/06 à Lisbonne, 1er tour : Rép. tchèque bat Allemagne 2 – 1
• Mondial-2006 (Allemagne)
09/06 à Munich, 1er tour : Allemagne bat Costa Rica 4 - 2

 

Jouer le hors-jeu ou pas ?
C'est la question que se pose la défense allemande, prise de vitesse deux fois par l'attaquant costaricain Paulo Wanchope sur des erreurs de position lors du match d'ouverture (4-2) du Mondial de football, et sous le feu des critiques depuis. “Nous ne nous entraînons pas à jouer le hors-jeu, a affirmé l'entraîneur-adjoint Joachim Lâw. Nous voulions seulement jouer haut, le hors-jeu n'est pas un thème d'étude chez nous.” Vendredi, le latéral droit Arne Friedrich couvrait Wanchope sur le premier but alors que ses coéquipiers Per Mertesacker, Christoph Metzelder et Philipp Lahm étaient remontés. Ironie pour Friedrich, le joueur du Hertha Berlin était le plus vieux (27 ans) et le plus expérimenté (37 sélections) des quatre défenseurs. “Le problème c'est que la passe à l'attaquant est arrivée et que la défense était trop haute”, a expliqué Philipp Lahm, tentant de ne pas faire retomber toute la faute sur Friedrich. “On a peut-être trop essayé de rester sur la ligne. On n'avait pas trop de travail à faire derrière et on a pris trop de risques dans les moments décisifs”, a ajouté Metzelder, coupable d'un manque de communication avec Mertesacker sur le second but de Wanchope, entaché d'un hors-jeu de position selon les Allemands. Dans le magazine Kicker, le Polonais Zbigniew Boniek estime que “chaque équipe avec un joueur intelligent qui coupe un ballon servi entre les défenseurs vivra un jour heureux contre le onze de Klinsmann”. “Nous continuons à avoir toute confiance en Arne”, a affirmé le sélectionneur Jùrgen Klinsmann et malgré sa mauvaise prestation contre le Costa Rica, Friedrich sera de nouveau sur le terrain face à la Pologne, mercredi à Dortmund. Et pour les autres matches aussi, car même si sa place a pu être occupée à l'occasion par Bernd Schneider ou Torsten Frings, Friedrich est le seul arrière droit de métier de la sélection allemande. Jouer le hors-jeu ou pas...

 

JURGEN KLINSMANN
“La Pologne a le dos au mur”

Le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne de football, Jùrgen Klinsmann, s'attend à un match “très serré” face à une équipe polonaise qui a “le dos au mur” après sa défaite face à l'Equateur (2-0), aujourd’hui à Dortmund lors de la deuxième journée du groupe A.

Vous attendez-vous à un match plus difficile que contre le Costa Rica ?
Ce sera assurément un résultat très serré car les Polonais ont le dos au mur, ils doivent faire quelque chose contre nous pour rester dans le tournoi. Nous, nous voulons une nouvelle victoire, mais cela sera plus difficile que lors du match d'ouverture. Les Polonais ont été beaucoup attaqués par les médias polonais, le mécontentement est très important, les nerfs sont à vifs. C'est pourquoi les Polonais feront tout pour rester dans le tournoi. Nous devons dès la première seconde installer une agressivité positive. Et j'espère que nous aurons des occasions de but, mais ce sera difficile. Nous nous appuyons sur nos qualités pour arriver près des buts adverses et marquer. Nous travaillons à cela très intensivement en espérant le réaliser devant le public.
Quelle est votre analyse sur le comportement de la défense allemande contre le Costa Rica ?

Nous avons beaucoup discuté avec les joueurs, nous avons analysé le match par vidéo pour améliorer le repli défensif et réduire le nombre des erreurs. Il y a déjà eu deux erreurs contre le Costa Rica, qui ont conduit à deux buts, même si l'un d'eux était hors-jeu. Les défenseurs sont jeunes mais très vivants. Christoph Metzelder est l'un des haut-parleurs, Per Mertasacker s'est amélioré, il s'est développé depuis ces deux dernières années. Nous sommes contents de cette défense. Il n'y a pas de problème concernant (le latéral droit) Arne Friedrich. Nous savons de quoi il est capable, et si quelquefois il n'a pas le mordant et la condition physique optimale, ce n'est pas un problème.
Le fait que la Pologne n'ait jamais gagné contre l'Allemagne sera-t-il un avantage psychologique ?

Le match contre la Pologne n'aura rien à voir avec les statistiques. Les jeunes qui seront sur la pelouse joueront pour leur pays, leur équipe, et c'est pourquoi nous devons faire très attention, être concentrés dès les premières secondes, et j'espère que nous pourront poursuivre cette tradition positive.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable