Actualités : LE MAK SALUE LA LIBERATION DE MOHAMED BENCHICOU :
“Un intellectuel brillant et opposant aux imposteurs au pouvoir”


Dans un communiqué signé par son porte-parole, à partir de Paris, le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), se dit soulagé après la libération de Mohamed Benchicou, directeur du quotidien Le Matin. Saluant “le courage et la détermination” de ce dernier, Ferhat M’henni, au nom du MAK, considère que “cet élargissement n’est dû ni à “la réconciliation nationale” dont avaient bénéficié 3 500 criminels, ni à une grâce quelconque, elle est le fait d’une purge totale de la peine à laquelle avait été condamné un intellectuel brillant, démocrate et opposant aux imposteurs au pouvoir en Algérie”.
Le MAK appelle, par ailleurs, à un rassemblement sur le lieu de l’assassinat de son fils Ameziane, survenu à Paris, dans la nuit du 18 au 19 juin 2004. Dans un communiqué qui nous a été adressé, il exige des autorités françaises concernées que “toute la lumière soit faite sur ce crime”, s’indignant du fait que “l’enquête entamée, il y a deux ans, est toujours au point mort”. Et au MAK de s’interroger “si on n’est pas devant un crime embarrassant pour le Quai d’Orsay qui ne souhaiterait pas se faire des ennemis parmi les pays qu’il cherche à avoir de son côté, à l’échelle internationale. Ce crime implique-t-il le régime algérien qui observe un silence lourd sur ce meurtre ?” s’interroge encore le mouvement de Ferhat M’henni qui n’hésite pas à faire le lien entre l’assassinat de M’henni Ameziane et celui de l’opposant algérien Ali Mecili, assassiné lui aussi à Paris. Des cérémonies commémorant le deuxième anniversaire de la disparition du fils de Ferhat devait être organisées, hier, dimanche, à Paris, un recueillement sur la tombe du défunt aura lieu jeudi prochain, au village Maraghna, en Kabylie.
S. A. M.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable