Actualités : Communiqué des familles des victimes du terrorisme

Alors que les terroristes sont relâchés et récompensés de leurs crimes, ce sont les familles de leurs victimes qui sont traitées comme des criminels. Plus rien n’arrête la dérive depuis la mise en œuvre de la charte pour la paix et la réconciliation nationale. C’est avec indignation que ce dimanche 18 juin les familles et les citoyens, qui s’étaient mobilisés pour constituer un comité à la suite de leur rassemblement hebdomadaire, ont vu la police interpeller brutalement et entendre sur P-V deux victimes membres d’une association.
Lors de leur interrogatoire, la présence d’un avocat leur a été refusée tandis que les portraits des membres de leurs familles assassinés et des banderoles ont été confisqués. Les familles devaient se réunir pour mettre sur pied un comité pour défendre la mémoire des victimes du terrorisme, exiger qu’on leur rende justice et qu’un statut soit établi. Elles dénoncent avec vigueur cette tentative d’entraver leur action légitime au moment où Mohamed Benchicou, tout juste libéré venait renouveler son soutien à un combat qui prolonge la résistance au terrorisme. Cette nouvelle pression contre les victimes et atteinte à la liberté d’organisation n’empêchera pas les victimes et toutes les forces sociales et politiques éprises de justice à se rassembler dimanche prochain à 11h00 devant le Palais du gouvernement et installer leur comité. Toutes les citoyennes et tous les citoyens qui se reconnaissent dans leurs revendications sont appelés à rejoindre le rassemblement et renforcer la lutte des familles des victimes.
Les familles des victimes du terrorisme
Le 18 juin 2006

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable