Spécial Coupe du Monde 2006 : PORTUGAL
L’indispensable Monsieur Deco


D'une frappe lumineuse pour une victoire sur l'Iran (2-0) et une qualification historique pour les 8es de finale, le milieu de terrain Deco, de retour de blessure, a démontré samedi à Francfort qu'il était le catalyseur des ambitions du Portugal au Mondial de football. Alors que le Portugal s'enferrait dans la défense iranienne, Deco l'a sorti du mauvais pas qui se profilait.
Servi à 25 m depuis le côté gauche par Luis Figo, le Barcelonais a allongé la jambe droite pour ficher un tir d'une pureté totale dans le petit filet d'Ebrahim Mirzapour (63’). Impliqué dans tous les mouvements portugais et déjà auteur d'une frappe remarquable en première période, détournée d'une main par Mirzapour (13’), Deco a été élu Homme du match. Une récompense de peu d'importance pour un joueur si habitué aux trophées. Vainqueur en quatre ans de quatre Championnats de suite (Porto 2003, 2004, Barcelone 2005, 2006), de trois coupes d'Europe sur ses quatre dernières participations (Coupe de l'UEFA 2003, Ligue des champions 2004 et 2006), finaliste del'Euro-2004, il a un palmarès sans beaucoup d'équivalent. Le Portugais avait manqué le premier match face à l'Angola (1-0) pour une lésion musculaire occasionnée lors d'un contact avec Costinha à l'entraînement, ce qui avait suscité chez lui un mouvement d'humeur. Il avait été agacé de ne pas jouer face à l'ancienne colonie portugaise, alors qu'il s'estimait prêt. Mais le sélectionneur Luiz Felipe Scolari avait décidé de ne prendre aucun risque avec le joueur-clé de son système tactique. Un schéma en 4-2-3-1 semblable à celui du FC Barcelone, mais où Deco possède une plus grande liberté offensive. “Deco a marqué un but fantastique. Sa qualité a fait la différence”, soulignait après le match le sélectionneur de l'Iran Branko Ivankovic, bien conscient du rôle joué par le milieu de terrain dans la première qualification du Portugal pour un second tour de Coupe du monde depuis 40 ans. En 1966, un autre joueur assimilé avait mené le pays à la troisième place du Mondial : le Mozambicain Eusebio, auteur de neuf buts. Car Deco partage avec l'illustre attaquant la particularité de ne pas être né portugais. Anderson Luis de Souza, de son vrai nom, est né il y a 28 ans à Sao Paulo au Brésil. Il a acquis la nationalité portugaise en 2003, après l'échec de la “génération dorée” au Mondial 2002, où elle fut éliminée au 1er tour. Alors que le sélectionneur du Brésil, Carlos Alberto Parreira, déclare qu'il suivra Deco au même titre que des “millions d'autres joueurs brésiliens”, Scolari, le persuade de rejoindre son pays d'adoption. Deco joue alors depuis déjà six ans au Portugal, à Benfica puis au FC Porto. Le scepticisme est assez général, tant chez les supporteurs que les joueurs. Mais dès sa première sélection, le “magicien” inscrit un coup franc pour offrir au Portugal sa première victoire sur le Brésil depuis 37 ans. Depuis 1966 encore, date symbole qu'il ne rêve pas encore faire oublier. “Nous sommes sur la bonne voie, mais nous devons prendre les matches les uns après les autres, affirme- t-il. Nous avons appris ça de notre expérience de l'Euro-2004. Toutes les équipes au Mondial sont de force semblable”. Toutes ne possèdent pourtant pas de Deco.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable