Périscoop : BAZOOKA
L’ENTERREMENT GRANDE CLASSE
PAR MOHAMED BOUHAMIDI
mbouhamidi2001@yahoo.fr


Le colloque sur Ibn Khaldoun vient relancer le débat sur le rapport politique - sciences sociales. Il aurait pu rester une discussion académique entre spécialistes et universitaires sur les apports d’un homme tenu pour le fondateur des sciences sociales. Quand il écrit la Mukkadima la tradition historique ne s’intéressait qu’à la vie des souverains et des généraux.
A les lire on pouvait penser que l’histoire, c’est-à-dire la politique au passé, ne dépendait que de la pensée et de l’action de ses puissants. Tout tenait au génie ou à la malchance des uns et des autres. Ibn Khaldoun va bousculer cette tradition. Il indique que l’histoire des hommes est prise dans des séquences indépendantes de leur volonté. Il vit dans le Maghreb et la société qu’il observe et étudie est composée de tribus. A la base de ces séquences, il postule que la société (tribale dans ce cas) est un phénomène naturel et que son organisation vise la reproduction de la société. Il existe entre les hommes de cette société un lien social qu’il appelle Açabya. Plus la tribu est confrontée à des conditions difficiles plus cette Açabiya est forte et lui permet de combattre pour la conquête de nouveaux territoires et de fonder une dynastie sur les ruines des anciennes. Avec l’accès à des conditions nouvelles, les richesses obtenues et une vie plus facile, cette Açabya va se distendre et affaiblir les capacités de combat et de résistance. La dynastie tombera sous les coups d’autres tribus qui suivront le même cycle. On peut résumer ce cycle en séquence de la conquête, séquence de la consolidation du pouvoir, séquence de la jouissance du pouvoir, séquence de la décadence. Ces séquences peuvent prendre quelques générations. Pour Ibn Khaldoun, elles sont inéluctables. Exit le génie, les revers de fortune et des armes, le hasard. Les dirigeants n’expriment plus la phase historique à laquelle ils appartiennent et les intérêts de la tribu ou de ses clans. La conscience du moment ne fait plus que traduire ces intérêts ou les cacher. A moins qu’on organise un enterrement de grande classe à Ibn Khaldoun, le minimum reste d’interroger notre présent à la lumière de ses découvertes, de nous questionner sur l’état réel de la société et du rapport entre les discours et la réalité. Mais pour cela, il faut d’abord se mettre à son niveau.
B. M.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable