Sports : BOXE
FINALE DE LA COUPE D'ALGER JUNIORS
Les Barakis raflent tout


Les finales de la coupe d’Alger juniors disputées jeudi dernier à la salle OMS de Gué-de-Constantine, à partir de 10h, ont sacré les boxeurs de la commune de Baraki, qui ont dominé les débats, de bout en bout.

Les Barakis, fort présents dans ces finales entre Algérois, représentés par l’USB, MRB et JSB ont été les plus concluants. L’USB a raflé deux titres, tandis que le MRB et JSB ont obtenu un titre chacun. Dans le camp de Saïd Haïder et Mourad Ounane, Berrag, international, a été, sans doute aucun, le véritable champion, tellement ses coups étaient d’une précision rare devant le sociétaire du Paradou AC. Il sait boxer, y a pas de doute. Il sait éviter les coups, aussi. Son titre, il ne l’a pas volé. Il le méritait amplement. Benhassaïne Fateh, l’autre Baraki, mais du MRB où Boudjira Messaoud et Talah Mohamed travaillent comme de véritables fourmis, a réussi à écarter tous ses concurrents avant la limite,même en finale, et devient le champion de sa catégorie. Si l’USB est habituée à de tels sacres, il n’en demeure pas moins que le MRB en est à ses débuts. En moins d’une année d’existence, le club cher à Bergoug Ali, le président du CSA, n’a vraiment pas à rougir : il en compte déjà des champions en cadets et en juniors, alors que chez les seniors, il en a un vice-champion. Benaïssa de la JSB a emprunté la même voie que celle de ses voisins et néanmoins rivaux en arrachant un titre. Son poulain l’a glané brillamment en étalant des séries de coups bien exécutées. A lui seul, le trio baraki Haïder-Boudjira-Benaïssa a capitalisé plus de 6 titres sur les 11 mis en jeu. Ni, l’OSM de Larirouna Maâmar, ni le PAC de Omar et Meskine et encore moins les boxeurs du WRBSM n’ont pu stopper cette hégémonie dont la durée ne fait que persister davantage. L’absence du MCA a certainement permis aux Barakis d’imposer leur domination. Un autre fait mérite d’être évoqué, celui du sponsoring. L’US Baraki est pris en charge par Samitex. Quant au MR Baraki, c’est Krim-Kram, une entreprise de bâtiment, qui le sponsorise. Même le club de Heuraoua, où Chérifi se démène comme il le peut pour avoir des champions, a son parrain. La Ligue algéroise de boxe, organisatrice de ces finales, où les Mir, Guechou, Bacha, Bournane, Boudrouya dit “Monzon” et Benhamouche, le délégué de la réunion, a été à la hauteur de l’événement en prévoyant tous les détails. Aggoune Azzedine

Bordj renoue avec le noble art
La Ligue bordjienne de boxe a organisé jeudi 15 juin le championnat de wilaya des petites catégories à la salle OMS après pratiquement cinq ans d’inertie, confient A. Sdira, président de la LBB et A. Fratsa, DAF et ex-champion d’Algérie. 32 boxeurs de quatre clubs différents étaient au rendez-vous, à savoir les deux CSA locaux dont celui d’El-Mostakbal coaché par A. Mekhalfia, également arbitre fédéral qui partage sa mission avec N. Dama qui occupe les mêmes fonctions. L’équipe de Bordj Zemmourah, coachée par A. Lekbir, ex-champion d’Algérie dans les années 1980, le club de Bellimour présidé par A. Abderrezak et l’équipe invitée d’honneur de Aïn-Arnat (Sétif). Selon S. Komis, ancien boxeur, “le niveau est appréciable au moins dans une petite dizaine de combats sur les seize programmés”, un jugement partagé par K. Rabhi, entraîneur du CSAB, lequel pense qu’il “faudrait encourager davantage ces jeunes talents pour prétendre à un avenir certain de la boxe bordjienne”, “à l’image de C. Slahdja, K. Boutchicha, A. Tabet, H. Khettal, des boxeurs locaux qui ont marqué leur époque”, enchaîne M. Lounici, membre de la ligue. Pour la simple formalité, nous retenons que les deux clubs bordjiens se sont légèrement illustrés face à de jeunes adversaires tant redoutables que talentueux. Saâdène Ammara

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable