Sports : FOOTBALL
AOMAR HAMENED (GARDIEN DE BUT DU WA TLEMCEN)
“Je pars la conscience tranquille”


Aomar Hamened, connu sur le territoire national comme étant un sportif accompli, au tempérament de gagneur, aura passé quatre années à Tlemcen, remplies de bonheur, de joie, mais aussi d’amertume… C’est vrai qu’il n’est pas facile de quitter un milieu, une ville, une équipe, des amis surtout avec lesquels on aura passé quatre années de sa vie. Mais, comme dirait l’autre, tout a une fin. Hamened, que nous avons pu voir avant qu’il quitte Tlemcen, était très triste, et il dut avec beaucoup de regret tourner la page. Suivons-le dans cette interview dans laquelle il va répondre à nos questions comme il l’a toujours fait, c’est-à-dire avec simplicité, franchise et courage…
L.S. : Alors Aomar, Tlemcen c’est bien fini ?
Aomar Hamened :
Oui, c’est vrai, je quitte Tlemcen avec beaucoup de regret, mais je pars la conscience tranquille, car j’ai toujours été honnête, correct, gagneur et travailleur. A Tlemcen, j’ai eu la chance de connaître une belle ville, des gens chaleureux, ouverts, bref des hommes.
Pourtant, sur le plan sportif, ce fut difficile.
Sur les quatre années passées au WAT, nous nous sommes battus pour le maintien pendant les trois dernières années. Vous savez, jouer le maintien est très difficile pour tout le monde, particulièrement pour nous les joueurs. C’est un peu, avec le problème financier, ce qui constitue le mauvais souvenir de mes 4 années à Tlemcen.
Justement, qu’en est-il du problème financier ?
On me doit encore de l’argent comme les autres joueurs. Nous allons attendre, nous faisons confiance à nos dirigeants qui sont compétents et qui vont nous payer. On m’a remis une reconnaissance de dette l’année dernière, et une autre cette année. Je voudrai surtout que les dirigeants n’oublient pas que je suis père de famille.
Que va devenir Hamened ?

Je vais d’abord me reposer, profiter de ma famille qui était éloignée de moi, et ensuite voir venir. Pour le moment, je n’ai encore rien en vue, mais si une bonne opportunité se présente à moi, je ne veux pas encore m’éloigner de ma famille.
Hamened, un mot aux supporters du WAT
.
D’abord, je veux les remercier pour leur soutien durant ces quatre années. Ce sont des gens bien, sympa et de bons amis. Je leur demanderai d’être toujours derrière leur équipe, et de continuer à la supporter. Cela fait plaisir d’avoir des supporters comme ceux de Tlemcen, et je leur souhaite une bonne raison, et tout le bonheur possible.
Quelques mots sur les anciens joueurs du WAT.
Ce sont d’abord des joueurs que je connais depuis très longtemps puisque j’ai joué en E.N. avec Dahleb et Kheris. Avec Yadel et Ziane, ils constituent un groupe très sympa et qui savent accueillir et mettre à l’aise ceux qui viennent de loin. Ils ont réussi une belle carrière, et je souhaite à Kheris de continuer encore longtemps. A tous les quatre, je leur souhaite les plus belles choses, ils le méritent.
Et les jeunes du WAT ?

S’ils ont des qualités certaines, ils doivent quand même continuer à travailler beaucoup pour y arriver. Je suis certain qu’ils auront eux aussi une belle carrière sportive, et ils doivent prendre exemple sur les anciens.
Un mot sur les dirigeants.
D’abord, je dirai qu’ils sont compétents et tous les dirigeants que j’ai connus à Tlemcen ont fait le maximum, mais malheureusement pour tous, le problème financier s’est posé sérieusement. Pour l’année prochaine, je leur souhaite de réussir une bonne saison en faisant du bon travail. Ils doivent faire le maximum pour éviter les problèmes de cette année et mettre le paquet.
Autre chose à ajouter ?
Je quitte Tlemcen la gorge nouée par l’émotion, mais je garderai de très bons souvenirs de tous les Tlemcéniens. El-Hamdoulilah, j’ai laissé ma place très propre, et c’est cela le plus important.
Propos recueillis par Amar G.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable