Actualités : EN VUE DE "REDRESSER L'ECOLE ALGERIENNE"
Le SATEF appelle à la tenue d’une conférence nationale sur l’éducation


Le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef) a exposé hier lors d’une conférence de presse à Alger animée par son secrétaire général Mohamed-Salem Sadali les grands axes de ce qu’il appellera «le plan d’action pour le redressement de l’école algérienne».
Cette initiative discutée lors de la tenue du conseil national du syndicat pendant les vacances d’été s’articule selon le secrétaire général du Satef autour de trois points principaux, à savoir la prise de mesures d’apaisement, la satisfaction des revendications et un volet pédagogique. Ainsi donc, le Satef compte porter ces propositions à la connaissance des pouvoirs publics (ministère de l’Education, la chefferie du gouvernement) et les défendre avec le soutien des syndicats du secteur, des associations de parents d’élèves, des partis politiques, voire le soutien des institutions internationales. Par mesure d’apaisement, Sadali entend la levée des poursuites judiciaires et administratives qui pèsent sur les syndicalistes et les syndicats autonomes du secteur. Le SATEF appelle également à la promulgation d’un statut pour les travailleurs de l’éducation garantissant une augmentation salariale suffisante ainsi que l’abrogation des textes actuels régissant les œuvres sociales de l’éducation et l’avènement d’une gestion par des organes décentralisés dont les membres seront élus par les travailleurs du secteur. Aussi, le Satef par la voix de son secrétaire général appelle à la tenue d’une conférence nationale regroupant tous les intervenants du secteur de l’éducation (administration, syndicat, associations de parents d’élèves, spécialistes…) qui débouchera sur la création d’un conseil supérieur de l’éducation dont la mission principale sera de veiller à la bonne mise en œuvre des recommandations de la conférence. Cet organisme constituera à long terme un organe consultatif dont l’avis sera sollicité pour les grandes décisions du secteur. Profitant de cette tribune, Mohamed-Salem Sadali remettra en cause le processus de réforme du système éducatif qui selon lui se fait à «huis clos» et en «l’absence d’une vision à long terme» en soulignant à ce propos que «la réforme ne se mesure pas au taux de réussite dans les examens qui de surcroît ne reflètent pas la réalité».
Lotfi Mérad

 

SNTE
Sit-in le 11 septembre
Le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) revient à la charge et compte organiser un sit-in de protestation devant le siège du ministère de l’Education nationale le 11 septembre prochain. «Nous voulons dénoncer l’ingérence de l’administration dans les affaires du syndicat», a soutenu hier le secrétaire national de ce syndicat Mohamed Bennoui. Selon ce dernier «la tutelle a pris parti aux côtés de l’aile de Boudjenah alors que la justice n’a pas tranché sur l’affaire». Pour rappel, les deux ailes du SNTE revendiquent chacune de son côté la direction légitime du syndicat.
L. M.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable