Sports : BASKET-BALL
Les conquistadors espagnols ont trouvé "l'or" au Japon


Les nouveaux conquistadors espagnols ont trouvé "l'or" au Japon en remportant dimanche le Championnat du monde de basket-ball grâce à un formidable esprit d'équipe, saluait hier la presse espagnole, unanime. "L'Espagne conquiert le monde", s'exclame en Une le quotidien “El Pais”, tandis que pour ABC "l'Espagne conquiert l'or".
Le quotidien de Barcelone “La Vanguardia” barre sa Une du simple mot "Or" et son concurrent “El Periodico” s'extasie sur "les garçons en or". "Derrière Gasol (blessé) il y avait une grande équipe" qui s'est livrée à une "démonstration de défense et de mentalité de gagnants" écrit le quotidien sportif “AS”, insistant comme les autres journaux espagnols sur la "solidarité" de l'équipe championne du monde. "Plus qu'une équipe, nous sommes une famille, un groupe d'amis" : cette déclaration du joueur espagnol Jose Manuel Calderon est abondamment reprise par les médias qui soulignent la "dimension humaine" de la victoire remportée "au nom de Pau" Gasol, le pivot espagnol élu meilleur joueur du tournoi qui, blessé, n'a pu disputer la finale.

"Superpuissance sportive"
Tous les journaux rappellent aussi que le sélectionneur espagnol José "Pepu" Hernandez n'a pas prévenu ses joueurs que son père était mort juste avant la finale, afin de "ne pas affecter le groupe". Mais la presse espagnole souligne également, comme “La Vanguardia”, qu'il s'agit du "plus grand titre mondial dans l'histoire du sport de ce pays", alors que Madrid s'apprêtait à accueillir en triomphe par un défilé au cœur de la ville hier soir les joueurs de retour du Japon. L'Espagne a déjà remporté des titres mondiaux en handball ou en water-polo et compte avec Fernando Alonso (Formule 1) et Rafael Nadal (tennis), des leaders mondiaux dans leur spécialité, et ce titre "renforce le rôle de l'Espagne comme superpuissance sportive", n'hésite pas à affirmer “El Pais”. Et viennent les inévitables comparaisons avec le football et le récent échec de la "seleccion" espagnole en Allemagne, durement ressenti en Espagne. "Le contraste est insoutenable : échec en Allemagne, gloire au Japon", écrit le quotidien “El Mundo”, soulignant "l'immobilisme" du football espagnol. "L'Espagne est désormais capable d'occuper la plus haute marche du podium dans tous les sports de masse (..) sauf un, comme toujours : le football", conclut “El Pais” dans un éditorial.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable