Actualités : Pause-café estivale
Lettre au cousin d'Amérique : Hadja Maruti


Je t’écrire ces quelques maux pour te dire «t’zaguet !». Tante Aldjia divague complètement. Ils l’ont évacuée hier vers l’asile. La crise, tante Aldjia l’a piquée quand tonton Lekhmissi a décidé de se débarrasser du pauvre baudet qui le transportait depuis des années et d’acquérir une bagnole… Tonton voulait une grande marque, alors que Tata jurait pas tous les saints qu’elle n’accepterait qu’une Maruti !
«La Maruti, disait-elle, c’est une tonne de sueur et de larmes. C’est le fruit du labeur. Elle sent la craie et l’encre. J’aime la Maruti parce qu’elle est à la portée des enseignants de mon pays…»
Quand elle a vu tonton Lekhmissi au volant de sa nouvelle camionnette, tata a perdu connaissance. Depuis, elle ne parle plus, ne mange plus, ne boit plus. Dans le douar, on l’appelle désormais Hadja Maruti…
farahmaamar@yahoo.fr

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable