Sports : LIGUE DES CHAMPIONS ARABE (1/32es de finale)
CET APRÈS-MIDI (14H ALGÉRIENNE)A ADEN :
AL TILAL (YÉMEN) - MC ALGER
Le doyen reprend


Le Mouloudia d’Alger retourne en terre d’Arabie. Aujourd’hui à Aden, capitale du Yémen, le doyen des clubs algériens sera l’hôte du doyen du football yéménite, Al Tilal.
Le club algérois qui sera à sa troisième participation à cette épreuve “porteuse” est au Yémen depuis mardi dernier où il bénéficie de tous les regards dus à un représentant du football national. Quart de finaliste en 2004, le MCA a manqué la saison dernière une chance inouïe de remporter le million de dollars, en perdant à Alger devant le futur finaliste de Enppi d’Egypte, défait par le Raja. Saura-t-il réussir le défi que s’est fixé personnellement Messaoudi pour se refaire une virginité ? Peu probable, en dépit d’un effectif galactique qui fera rêver même le coach corse, François Bracci. Celui-ci a comparé le détenteur du trophée national 2005-2006 au Real Madrid. Sauf qu’à partir de la première journée, le Real dans sa version algérienne a commis des “perfidies” indignes d’un club de renommée mondiale à l’instar des “Merengues”. Trois joueurs ont manifesté leur courroux après s’être aperçus que leurs noms ne sont parmi les onze rentrants. Juste pour cette raison dont le coach Mouloudéen trouve un signe de bonne santé, à telle enseigne qu’il accouche d’un mensonge en avançant que son joueur (Maouche) a quitté le lieu de la mise au vert pour rejoindre son épouse malade (que Dieu l’en épargne). Le match perdu contre la JSMB, à Chéraga, en est de ces preuves plausibles qui confortent l’idée que rien ne va plus au Mouloudia. Malgré l’argent qui coule à flots et l’engouement fou des supporters. Car, recruter une douzaine de joueurs pour une équipe qui venait de rafler la coupe, quelques semaines auparavant face au frère ennemi de l’USM Alger, qui n’est plus à présenter, relève de l’incompétence technique et de la gestion des personnels. Surtout que parmi les nouvelles recrues, certains font banquette, d’autres ne le sont même pas alors que d’ex-joueurs pros, chichement payés, ont été recrutés blessés et malgré leurs limites techniques. L’occasion de battre probablement le représentant du Yémen est propice à toutes les récupérations. Car, pour dire vrai, l’heure du changement doit sonner. M. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable