Panorama : FAIT UNIQUE DANS LES ANNALES
Des flamants roses nés en Algérie


Les oiseaux migrateurs dont bon nombre sont originaires d’Europe, selon les études établies depuis longtemps, viennent hiberner dans les zones humides de l’Algérie après un survol du détroit de Gibraltar ou une traversée de la Méditerranée en empruntant le couloir de cap Bon du côté d’Annaba.
Aujourd’hui, il y a un fait nouveau assimilé à une grande découverte scientifique. En effet, et après avoir toujours cru que les flamants roses naissaient ailleurs et venaient simplement faire escale en Algérie, les divers organismes internationaux et les spécialistes versés dans le monde des oiseaux migrateurs, doivent, désormais, prendre en considération le fait que les flamants roses naissent en Algérie. C’est le laboratoire de recherches des zones humides de l’université d’Annaba conduit par le professeur Samraoui et en collaboration avec des chercheurs de plusieurs wilayas du pays dont ceux de Sétif, Guelma, Tébessa, Tarf et autres, qui vient d’annoncer cette découverte de premier plan. Les équipes de chercheurs du laboratoire en question, aidés et encouragés par la direction des forêts d’Oum El Bouaghi, entre autres, ont effectué un travail de longue haleine, avec une grande abnégation, une surveillance permanente du mouvement des oiseaux migrateurs, un gardiennage continuel des lieux et une sensibilisation des riverains qui dérangeaient, auparavant, les oiseaux en phase de se reproduire. Ces efforts déployés se sont avérés payants puisque ces mêmes équipes de chercheurs, viennent de découvrir que les flamants roses se reproduisent et nichent au niveau de Sebkhet El Zemoul, un lac salé, situé dans la commune d’Ouled Zouaï à l’ouest de la wilaya d’Oum El Bouaghi, sur la route reliant Aïn M’lila à Batna. Pour donner un plus aux travaux de recherches, et il a été fait appel à deux experts internationaux dont un Français et un Espagnol qui se sont déplacés sur les lieux pour se rendre compte sur place que rien n’est avancé sans preuve matérielle. Pas moins de 4000 poussins de flamants roses au total, ont été observés rien qu’en cette année 2006. Et c’est ainsi que pour la première fois de l’histoire, 200 flamants roses ont été bagués avec comme référence de base, la mention commune à chacun d’entre eux à savoir : Natif en Algérie. La Sebkhet El Zemoul, est, donc, un site de reproduction et de nidification naturelle des flamants roses mais il n’a pas encore fait l’objet d’un classement sur la liste Ramsar malgré le fait qu’il soit situé juste à côté du Chott de Tinsilt, connu, pour sa part, à l’échelle internationale. A souligner au passage que les zones humides d’Oum El Bouaghi, sont un véritable trésor puisqu’elles accueillent chaque année des milliers d’oiseaux migrateurs de diverses espèces, qui viennent faire de longues escales avant de repartir vers d’autres horizons. Ces zones humides éparpillées à travers la wilaya d’Oum El Bouaghi, sont au nombre de 9 et s’étalent sur une impressionnante superficie évaluée à 160 000 hectares, ce qui est considérable comparativement aux autres régions du pays. Pas moins de quatre de ces neuf sites, ont été inscrits en 2005 au classement de la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale. Pour rappel, les zones humides englobent les lacs, marais, chotts, oasis et sebkhas. La convention internationale de Ramsar datant de 1971 et que notre pays a signée, est destinée à la protection de part le monde, des zones humides dont certaines sont devenues des décharges sauvages à ciel ouvert et des vidoirs d’eaux usées. Nasreddine Bakha

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable