Lundi 04 Décembre 2006
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Sports
Panorama
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Corruptions
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Régions Centre
BOUIRA
Les ex-travailleurs de l’Eriad réclament leur dû

Ayant eu vent de certains privilèges dont ont bénéficié les derniers travailleurs des UPC Aïn Bessem et Bouira, ainsi que le siège social de la filiale Les moulins Hamza de Bouira, qui viennent d’être libérés, les 83 travailleurs qui avaient été libérés dans un premier temps, en mars dernier, et qui furent depuis versés à la Cnac, sont revenus à la charge, ce samedi, pour revendiquer certains droits restés, selon eux, en suspens. Suite...


MAATKAS/AIDE A L'AUTOCONSTRUCTION
Assainissement de la liste des bénéficiaires

La liste des bénéficiaires à l’autoconstruction, dans la commune de Maâtkas, dont le nombre s’élève à 283 depuis 2004, vient de subir quelques modifications. En effet, les multiples contraintes de diverses natures, financières et administratives notamment, qui se matérialisent par l’impossibilité au postulant de disposer des 10 % nécessaires pour le démarrage des travaux ou la délivrance de l’acte de propriété ou du certificat de possession, ont fait qu’une partie s’est désistée et a renoncé à cette précieuse aide. Suite...


BEJAIA/SUITE A LA CONVOCATION D'UN ENSEIGNANT DEVANT LE TRIBUNAL
Débrayage dans les lycées de la wilaya

Plusieurs lycées de la wilaya de Béjaïa ont débrayé, samedi dernier, suite à l’appel lancé par le Cnapest en solidarité avec l’un des leurs, en l’occurrence Arezki Mahfi du lycée Hafsa d’Akbou, qui a été convoqué par le tribunal de Sidi-M’hamed (Alger) samedi. Une journée de protestation également, indiquent ses initiateurs, contre “la remise en cause des acquis démocratiques et sociaux consacrés par la loi fondamentale du pays. Suite...


TIZI-OUZOU
Quel avenir pour la langue amazighe ?

Dix ans après l’introduction au forceps de tamazight dans le système éducatif et 4 ans après sa consécration comme langue nationale, en réponse, timide et frileuse, aux sanglants évènements du Printemps noir, tamazight est encore, officiellement, à la recherche d’une graphie. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site