Actualités : IL EST ACCUSE D'AVOIR ENROLE DES COMBATTANTS POUR L'IRAK
Le procès de l'Egyptien Yasser Salem reporté au 10 avril


Le procès du ressortissant égyptien accusé d’avoir enrôlé de jeunes Algériens pour combattre en Irak a été renvoyé au 10 avril prochain. A travers ce procès, la cour d’Alger a repris l’examen des affaires de terrorisme après le gel imposé par la charte pour la réconciliation nationale.
Tarek Hafid - Alger (Le Soir) - Dans le box des accusés Yasser Salem — alias Abou Djihad — était hier en compagnie des terroristes Mohamed Hadj Naâs et Lahmar Aouad. Moins d’une heure après l’ouverture de ce procès, le juge a finalement décidé de le reporter au 10 avril prochain du fait de l’absence de l’avocat de Mohamed Hadj Naâs. Reconnaissable à ses béquilles, ce dernier a refusé les services d’un avocat commis d’office. C’est en fait deux affaires en une qui se sont ouvertes hier à la cour d’Alger. En effet, les protagonistes se partagent les chefs d’inculpation. Résidant en Algérie depuis une dizaine d’années, Yasser Salem est poursuivi pour “constitution, appartenance et financement d’un groupe terroriste armé activant en Algérie et à l’étranger, refus de dénonciation ainsi que faux et usage de faux”. Il est accusé d’être à la tête d’un réseau chargé de recruter et d’envoyer de jeunes Algériens pour aller combattre contre les troupes américaines en Irak. Ce ressortissant étranger aurait recruté 300 personnes. Au sortir de l’audience, ses deux avocats préciseront que “ce chiffre est exagéré”et que leur client “a reconnu avoir financé le voyage de 5 à 6 jeunes désireux de se rendre en Irak via la Syrie”. Quant à sa relation avec les deux autres accusés, les membres de la défense ont indiqué que Yasser Salem a été arrêté en février 2005 par les services de sécurités algériens alors qu’il était en compagnie de Mohamed Hadj Naâs. “Importateur de matériel paramédical, Yasser Salem a été approché par Mohamed Hadj Naâs qui a été blessé à la jambe lors d’un bombardement de l’ANP. Il lui a demandé d’intercéder en sa faveur pour qu’il soit hospitalisé dans une clinique privée de Boumerdès”, souligneront-ils. Il y a lieu de relever que ce procès est le premier a être traité par la cour d’Alger depuis l’adoption de la charte pour la paix et la réconciliation. Plusieurs dizaines d’affaires de terrorisme sont en effet inscrites dans le cadre de la session criminelle qui s’est ouverte le 24 février dernier. T. H.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable