Régions Centre : MAATKAS
Un nouveau souffle pour le PPDR


Une nouvelle donne vient de faire son apparition dans le dispositif accompagnant les projets Plan de proximité pour le développement rural (PPDR). Il s’agit de l’intégration dans le dispositif d’accompagnement, d’étude et de soutien aussi bien technique qu’autres, de nouveaux éléments et acteurs pouvant intervenir dans le développement local et de ce coup, apporter un plus.
Le ministère délégué au Développement durable qui était le seul réceptacle du plan auparavant, se voit à partir de la nouvelle stratégie définie tout récemment épaulé par le ministère de l’Intérieur. Ce qui, selon les spécialistes, ne sera pas sans d’innombrables retombées positives, notamment au plan de la coordination. Cette nouvelle approche qui ne change en rien au but et aux principes directeurs initiaux du PPDR, devait être grandement vulgarisée et c’est ce à quoi s’attèlent les organismes concernés sur le terrain dans les différentes régions visées de l’arrière-pays en mettant à profit tous les moyens nécessaires y compris la mise à contribution de la presse. A Maâtkas, daïra de quelque 50 000 habitants englobant deux communes et où le niveau du développement local frise le néant, l’annonce du plan avait suscité un grand engouement et une réelle adhésion de la population au point où plusieurs villages ou groupes de foyers géographiquement liés se sont mis à la mobilisation. Ce plan dont la philosophie repose sur l’implication du citoyen et l’incitation de celui-ci à prendre l’initiative tout en comptant sur l’aide technique et financière de l’Etat et la contribution des banques, allait à coup sûr insuffler une nouvelle dynamique et endiguer surtout le chômage chez la composante juvénile notamment par la création de nouveaux postes d’emploi et ce, par l’exploitation des capacités existant localement, comme les métiers traditionnels et l’agriculture de montagne. A cet effet, deux projets ont déjà vu le jour dans la commune de Souk-El-Ténine, et un autre est en voie de réalisation à Maâtkas. D’autres initiatives similaires n’ont pu aller jusqu’au bout ou sont restées à l’état embryonnaire, à cause certainement de dysfonctionnements ou d’insuffisances d’encadrement. C’est justement pour une meilleure prise en charge et plus d’efficacité que le ministère de l’Intérieur a été de la partie, soutient un responsable de la région de Maâtkas. Ce cadre local nous explique le nouveau cheminement. Il s’agit d’inciter les citoyens qui s’organiseront en groupes, avec responsabilité personnelle pour chacun d’eux, notamment dans l’engagement envers les banques, pour formuler une idée de projet selon les spécificités locales, idée qui sera prise en charge par un comité communal, “afin de lui donner forme”, avant de parvenir dans un comité technique de daïra qui, est contrairement à l’ancienne démarche, composé de tous les services techniques et présidé par le chef de daïra. L’aval ou l’accord définitif émis, c’est à la wilaya, par le biais d’un comité ad hoc et du wali, qu’échoit l’approbation pour la mise en pratique du projet. “Une nouvelle démarche rendue plus performante par une meilleure coordination avec la rentrée en lice du ministère de l’Intérieur et une plus grande implication de l’Etat dans la maturation puis dans la réalisation des projets PPDR, nous dira enfin ce cadre qui souhaite une manifestation effective et massive des citoyens. R. A.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable