Régions Centre : BEJAIA/AFFAIRE DU DETOURNEMENT DES DENIERS PUBLICS DE L'EPBTP
L'ex-P-DG et le commissaire aux comptes activement recherchés


Nous avons appris de sources crédibles que l’ex-P-DG de l’EPBTP et le commissaire aux comptes de cette entreprise, accusés de détournement de deniers publics et falsification de documents comptables, par les instances judiciaires près le tribunal de Béjaïa, ont pris la fuite.

Placés sous contrôle judiciaire en premier lieu, comme les cinq autres cadres de cette entreprise publique de construction, incriminés dans cette affaire dévoilée par la brigade économique de la sûreté de wilaya de Béjaïa, le P-DG et le commissaire aux compte, touchés par le mandat de dépôt lancé par le juge d’instruction chargé de l’affaire à leur encontre, restent introuvables. Le premier responsable de cette entreprise est activement recherché, il reste sans nouvelles depuis le jour de sa convocation devant le tribunal. Quant au commissaire aux comptes, nous avons appris de sources sûres que celui-ci aurait quitté le territoire national. Cinq responsables de cette entreprise de bâtiment sont incarcérés à la maison d’arrêt d’El Khemis, depuis samedi dernier, dans le cadre de cette affaire. Pour rappel, à l’origine du scandale, l’examen du bilan financier de l’entreprise au titre de l’année 2005 approuvé par le commissaire aux comptes et l’ex-P-DG, alors que ce dernier avait été bel et bien rejeté par l’assemblée générale du conseil d’administration. L’expertise menée par les services de sécurité fera ensuite ressortir un déficit avoisinant les quarante milliards de centimes que le P-DG et le commissaire aux comptes auraient “volontairement dissimulés”.
Kamel Gaci

SALON INTERNATIONAL DE L'OPTIQUE ET DE LA LUNETTERIE
Professionnalisme grand public et concurrence à l'affiche

“Nous hésitons, on ne sait pas, on est en train de réfléchir, Béjaïa c’est loin, je préfère travailler mon image avec les médias télé, radio, participer à des émissions sur l’optique que de participer, et d’ailleurs pourquoi Béjaïa ? Pourquoi pas Alger”… Autant de réponses récoltées çà et là. Mais par contre, la nouvelle génération vous offre un autre discours, un discours plus puissant et mieux réfléchi. “Oui nous serons présents à Béjaïa, nous avons fait des études pour ne pas être découragés ou dérangés par ceux qui pensent que l’optique en Algérie et en chute libre. Nous reprendrons le flambeau et nous irons vers de nouveaux terrains où la profession s’imposera. L’activité est florissante, beaucoup reste à faire, il faut choisir : l’arroser pour qu’elle donne des résultats, ou la laisser sécher. La question est là.” Le Salon de l’optique qui ouvrira ses portes le 23 avril prochain est véritablement un examen de conscience : encadrer la profession et ne pas la laisser plonger dans une désorganisation où chacun trouvera son compte. Le ministre de la Santé qui vient de donner son accord pour le patronage de cette manifestation symbolise cette volonté de répondre sur le terrain à toutes les préoccupations des professionnels de ce secteur afin que l’optique en Algérie ne soit pas en retard par rapport aux pays voisins tant dans le domaine de la formation, de l’investissement, que de l’encadrement. Contacté, le directeur général de RH International Communication, organisateur de ce salon, dira : “Notre mission à nous est de mettre à la disposition des opticiens des espaces de communication et de réflexion, la performance mise en valeur par les uns et les autres doit être transmise tout de suite et au plus grand nombre de consommateurs possible car la course à l'offre de performance est très onéreuse. Nous sommes persuadés que le professionnalisme existe et ce salon confirmera cette compétence…”
Hichem

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable