Régions Est : BATNA
EXPORTATION HYDROCARBURES
La Cagex sauvera-t-elle la mise ?


La Chambre de commerce et d’industrie des Aurès, avec l’aide de la Compagnie algérienne d’assurance et de garantie des exportations (Cagex), a organisé, mercredi 30 mai, une journée d’étude sur les dispositifs de soutien, d’information et d’assistance aux exportations hors hydrocarbures à la salle de conférences de l’Institut d’hygiène et sécurité de l’université Hadj-Lakhdar de Batna.
Après l’allocution d’ouverture de Aïssa Chettioui, président de la CCI Aurès, les intervevants se sont succédé pour parler de la coopération Cagex-Coface (Djillali Tariket), le rôle des produits Cagex (Salim Akli), le financement des exportations (M. Derdjane) l’intervention de M. Nasri, vice-président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal), celle du divisionnaire des douanes de Batna, M. Guellil, et celle relative à l’accompagnement à la certification des entreprises par l’ICS de Batna. En quelque sorte, c’est tout le processus d’exportation qui a été exposé devant un parterre de spécialistes et d’exportateurs. L’accent a été mis sur l’apport de l’assurance-crédit dans la promotion des exportations hors hydrocarbures et coopération internationale, un système dont l’objectif est de garantir la bonne fin des opérations d’exportation par la prise en charge des pertes dues à la réalisation des risques commerciaux, politiques, de non-transfert et même de catastrophe naturelle. Mais c’est l’information économique et commerciale qui a le plus accroché les participants à cette journée d’étude, car elle porte aussi bien sur les acheteurs étrangers que sur les analyses juridiques, économiques politiques de leur pays respectifs. Lors des débats, les exportateurs s’estiment livrés à eux-mêmes n’ayant aucun soutien de l’Etat, contrairement à leur vis-à-vis et le plus souvent sans garantie de la part du partenaire étranger, ont fustigé les banques, la douane, la bureaucratie et les lenteurs dans les phases de pré-expédition et postexpédition… jusqu’à évoquer le handicap et le déphasage causés par le week-end. Certains se sont résignés, se disant ne pas avoir la culture de l’exportation. Les responsables de la Cagex ont insisté sur le rôle incontestable du système de l’assurance-crédit à l’export et ses avantages en se portant garant de par la surveillance permanente de la solvabilité de leur acheteur, la région des défaillances de paiement des acheteurs, la sauvegarde de la trésorerie et la compétitivité de ses assurés, et l’aide à accorder à ses assurés pour mobiliser les moyens financiers nécessaires au développement de leur activité d’exportation. La Cagex sauvera-t-elle la mise ?
Houadef Mohamed

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable