Régions Centre : BENI-DOUALA
L'association Assirem fête l'enfant


La très active association Assirem, domiciliée au village Aït Vouyahia Bouada, dans la commune de Beni Douala, a marqué la Journée internationale de l’enfant par l’organisation de plusieurs activités en direction des enfants du village.
L’occasion a été saisie par les responsables et animateurs de ladite association pour inviter des militants de la Maison des droits de l’homme et du citoyen de Tizi-Ouzou, qui a consacré, pour rappel, dans le cadre de la formation qu’elle assure en direction de militants et autres étudiants et citoyens une formation sur tout ce qui a trait aux droits de l’homme en général, ces tout derniers jours des rencontres inhérentes aux conventions internationales sur les droits de la femme et de l’enfant. La journée a été entamée par des visites des locaux de l’association bâtis sur deux étages où tout le monde a constaté le travail sérieux et colossal effectué par les responsables et les adhérents de l’association Assirem, “en dépit de l’absence de toute aide étatique”, nous précise Madjid, secrétaire général de cette dernière, à l’image de cette bibliothèque garnie de plus de 3 000 livres mis à la disposition des jeunes et tous les férus de lecture ou de ces micro-ordinateurs “acquis grâce uniquement aux efforts financiers des villageois”, ajoute le même interlocuteur. Devant une cinquantaine de chérubins s’est tenue ensuite une rencontre explicative de la convention internationale sur les droits de l’enfant, dont une copie contenant tous les points que renferme celle-ci et rédigée dans les deux langues, arabe et français, a été distribuée à chacun d’eux. Dans un jeu de questions-réponses, MM. Aït Yahia et Aboute, les deux communiquants, usant d’un style et d’un langage simple et pédagogique, ont animé un débat et une lecture explicative de ladite convention, qui est, pour précision, signée par notre pays, mais pas suffisamment vulgarisée. Les enfants se sont montrés suffisamment captivés et semblaient très réceptifs à ce qui constitue leurs principaux droits et leurs devoirs comme la participation à la préservation de la nature et de l’environnement et de quelques autres notions allant dans ce sens. Pour clôturer sur une bonne note et sur un air et un caractère de fête, l’ensemble a été convié à une sympathique collation. Par ailleurs, profitant de l’aubaine offerte par les deux journées successives que sont la Journée mondiale sans tabac et la Journée internationale de l’enfant, deux expositions sensibilisatrices sur les deux sujets ont eu lieu dans l’enceinte des mêmes locaux. Cette journée à Aït Vouyahia Bouada a été une journée de fête où l’utile a été joint à l’agréable et dont peuvent être fiers les organisateurs et l’ensemble du village, chose que les hôtes n’ont pas manqué de mentionner à l’unanimité.
R. A.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable