Monde : FRANCE MAGHREB
Kouchner commence par le Maroc


Le ministre français des Affaires étrangères et européennes, l’ex-socialiste Bernard Kouchner, recevra Mohamed Benaïssa , son homologue marocain, lundi 4 juin, a annoncé le porte-parole du Quai d’Orsay. Le ministre marocain sera accompagné de Taïeb Fassi- Fahri, ministre délégué aux Affaires étrangères. Outre le point sur les relations bilatérales les deux parties s’entretiendront également des questions régionales et internationales d’intérêt commun, a annoncé le Quai d’Orsay.
A la question de savoir si le projet français euro-méditerranéen sera évoqué à cette rencontre, le porte-parole du Quai d’Orsay tout en affirmant qu’il n’y a pas d’ordre du jour précis à ces entretiens rajoute toutefois : «Ils peuvent aussi parler du projet d'union méditerranéenne, puisque c'est un projet sur lequel nous serons amenés à travailler étroitement avec le Maroc. C'est une prise de contact du ministre avec son homologue marocain. Cela permettra, dans le climat de confiance qui caractérise nos relations avec le Maroc, d'évoquer l'ensemble des questions politiques y compris, sans doute, celles que vous venez d'évoquer.'' Quant à la question du Sahara occidental, elle sera, déclare le Quai d’Orsay, sans doute évoquée. Le porte-parole a rappelé que les discussions se poursuivaient et que dans le cadre de la résolution 1754 et que M. Peter Van Walsum (envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental) qui est venu récemment à Paris, avait informé la France «des progrès réalisés dans la mise en œuvre de cette résolution» et des efforts qu’il déploie pour organiser les négociations. Quant à la France, elle «appuie tous les efforts en vue d’une solution politique qui soit acceptable par les parties dans le cadre des Nations unies». Le porte-parole du Quai d’Orsay n’a pas manqué de rappeler que «la France avait salué le plan d'autonomie marocain comme une contribution positive, comme un élément constructif de nature à relancer les négociations». Comme il fallait s’y attendre, il n’y aura pas de changement donc dans la position française sur le Sahara occidental. Le choix fait par Kouchner, de réserver au Maroc ses premiers entretiens maghrébins, n’est-il pas un symbole ? Le Maroc, premier pays bénéficiaire de l’aide publique française au développement entend «soutenir le processus démocratique au Maroc et contribuer aux efforts de modernisation économique et sociale du royaume», a encore déclaré le porte-parole. Et lorsqu’il lui a été demandé de quelle façon, le porte-parole de Kouchner a eu cette réponse : «Je crois que c'est assez clair. Nous soutenons les orientations du Maroc. Nous soutenons les orientations des autorités marocaines dans la conduite des réformes qui sont mises en œuvre. Toute notre action en matière de coopération, en matière politique et dans le domaine économique a pour but d'être aux côtés du Maroc pour la modernisation de ce pays, dans le sens des réformes voulues par le roi.» C’est effectivement on ne peut plus clair.
K. B.-A.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable