Sports : FOOTBALL
NASSIM HAMLAOUI (MILIEU DE TERRAIN DE LA JS KABYLIE)
“On a été ingrat avec moi”


Aussi paradoxal que cela puisse paraître, Nassim Hamlaoui, en guise d’encouragements pour la saison pleine qu’il est en train de réaliser, ne reçoit en retour que des insultes. De la part d’une partie des supporters de la JSK du moins. Une petite partie, certes, mais elle a le don de le faire souffrir moralement plus que n’importe quelle défaite, au point d’envisager l’impensable : quitter la JSK. Sa décision, il ne l’a pas encore prise, mais il dit y songer sérieusement…au grand bonheur de certains présidents de clubs qui se frottent déjà les mains.
Le Soir : Apparemment, cette saison est partie pour être la plus longue que vous ayez jamais vécue.
N. Hamlaoui :
Oui, ça m’en a tout l’air. Non seulement elle est longue, mais je vous rappelle que celle de la saison dernière également l’a été puisqu’on n’a pas eu de coupure en raison des matches de poules de la Ligue des Champions….
Sauf que cette fois, c’est encore pire avec cette bousculade des dates dans votre calendrier au moment où tout le monde renoue avec les vacances.
C’est vrai que physiquement c’est usant, surtout que cette saison, il nous a fallu une énorme débauche d’énergie pour remonter au classement après notre pénible début de championnat. Logiquement, les joueurs ne peuvent qu’être au bout du rouleau, mais malgré ça, on ne rechigne pas à l’effort pour terminer la saison en force. C’est vrai que quand on voit les matches, ce ne sont pas des chefs-d’œuvre, mais à ce stade de la saison, il faut savoir se contenter de l’essentiel, à savoir gagner les matches et entrer de plain-pied dans la saison prochaine.
Puisque vous parlez de la saison prochaine, les mouvements de joueurs se font intenses ces derniers jours, et tu es un de ceux dont on parle le plus depuis quelques semaines. Cela ne te perturbe pas avec ce calendrier de fin de saison particulièrement étoffé ?
Que voulez-vous que je vous dise ? Cela ne me perturbe pas outre mesure en tous les cas. J’ai 26 ans, donc pas mal d’expérience pour gérer cela au mieux. C’est vrai, ayant été régulier dans mes performances cette saison, je pense qu’il est logique que je fasse l’objet de contacts. J’essaye de garder la tête sur les épaules pour honorer le mois de contrat qui me reste à honorer du mieux que je peux et d’ici là on verra bien.
C’est quand même un paradoxe que tu es en train de vivre. D’un côté, tu as été le joueur incontournable sur lequel ont compté tous les entraîneurs à la JSK durant cette saison. Mais, d’un autre côté, une partie des supporters semble t’en vouloir. Tu peux nous expliquer les raisons de ce paradoxe ?

Figurez-vous que cela ne date pas d’aujourd’hui. Déjà la saison dernière, j’ai eu maille à partir avec quelques supporters. Je suis le premier à ne pas comprendre cet état de fait. Pourtant, j’ai essayé et si j’en juge à travers les écrits de la presse et de la majorité des supporters du club, ou encore de ces clubs qui m’ont contacté, je crois avoir donné le meilleur de moi-même. Malgré cela, à chaque match pratiquement je suis insulté. Ça commence vraiment à peser moralement…
Cela pourrait influer sur ta décision de partir ou de rempiler à la JSK ?
J’essaye de faire l’impasse, de faire comme si cela ne me touchait pas. Mais, à certains moments, je ne me trouve pas la force de faire comme si de rien n’était. Qu’on m’insulte, à la fin d’un match, si je suis passé à côté, ça peut s’expliquer. Mais qu’on le fasse aussi gratuitement, juste pour faire mal comme cela s’est passé mardi dernier à l’échauffement avant le match face à Bordj-Bou-Arréridj, ça fait très mal …
Selon des échos, ces tout prochains jours seront décisifs pour ton avenir…
Non pas décisifs ! Pour la simple raison que la saison n’est pas encore terminée. Certes, j’ai des contacts et même des touches à l’étranger, mais je ne veux pas me presser. Ce qui s’est passé lors du match face à Bordj- Bou-Arréridj m’a fait mal au point où j’ai demandé à ne pas être aligné. C’est grâce à mes coéquipiers et au staff que j’ai enfilé le maillot et je crois avoir livré une partie honorable malgré le coup que je venais de recevoir sur le moral. Je ne vous cache pas que depuis, je commence à réfléchir sérieusement à mon avenir. J’ai 26 ans, deux familles à ma charge, et en conséquence, les choses ne peuvent plus continuer ainsi. Ce qui me reste comme carrière est relativement court, et si une proposition financière intéressante se présente, j’y penserai plus sérieusement qu’auparavant. Et l’ingratitude de ceux qui m’insultent même lorsque la JSK gagne y sera pour beaucoup sera pour beaucoup si …..
Pour la JSK , avec deux points de retard sur l’Entente, comment voyez-vous la fin du championnat ?
Il reste deux matches à jouer. Nous avons un déplacement difficile à Oran, et Sétif aura un dernier match également pas de tout repos. A partir de là, pour ce qui me concerne, ça reste jouable. Il nous faudra jouer nos deux matches à fond sans trop s’embarrasser de ce que fera Sétif. Si en fin de compte nous ne remportons pas le titre, on aura quand même la satisfaction d’avoir fait mieux que de redresser la barre après la très difficile passe qu’on a traversée durant la première moitié de saison. Il y a également la Coupe d’Algérie à laquelle nous tenons beaucoup parce que cela fait un moment depuis que la JSK ne l’a pas remportée. Ceci sans parler bien sûr de la Ligue des Champions.
Vous n’aurez pas le temps de souffler …

C’est le prix à payer quand on joue à la JSK. Cela n’est pas donné à tout le monde d’être ainsi sous les feux de la rampe tout le temps. Et puis, ce calendrier de fin de saison va nous permettre de préparer comme il se doit la Ligue des Champions puisqu’on n’aura apparemment même pas le temps pour un stage. Le reste, c’est une question de gestion de l’effectif, d’hygiène de vie de la part du joueur. Nous avons engrangé une bonne expérience la saison dernière. Nous avons vu que c’était une compétition très dure. Maintenant, nous savons à quoi nous attendre.
Vous avez la chance d’être tombés dans un groupe disons jouable.
C’est ce que tout le monde dit. Mais, il faudrait qu’on comprenne que si ces équipes se sont retrouvées dans le tour de poules, ce n’est pas dû au hasard. Toutefois, je reconnais que le sort a été clément avec nous pour nous avoir évité les longs trajets et réservé des équipes qu’on connaît.
Et tu seras de la partie dans le reste de cette campagne africaine ?
Je ne saurais vous répondre pour le moment. C’est du 50-50. J’ai passé des moments difficiles. Je ne parle pas du terrain puisque je pense que j’ai accompli une saison acceptable. Mais, il y a ce problème avec une partie des supporters qui commence vraiment à peser. J’ai beau chercher à comprendre, je ne trouve pas de raison à ce comportement … Je sais, en revanche, que ce paramètre conditionnera dans une grande mesure le sens que je donnerai à la suite de ma carrière. Souvent ces derniers temps, je ne peux m’empêcher de réfléchir à ce sujet et de me poser la question de savoir pourquoi une partie des tribunes m’applaudit et une autre se met à m’insulter alors que le match n’a même pas commencé. J’ai peur que cela se répercute sur mon rendement. Et comme, en plus, j’ai une petite chance de regagner une place en équipe nationale, j’ai vraiment peur que ce que j’endure avec une partie du public influe sur mon niveau.
Ton départ on l’a évoqué depuis le début de cet entretien. Mais, quelles sont donc ces formations qui t’ont offert l’opportunité de les rejoindre ?

Pour le moment, je préfère me concentrer sur ce qui m’attend avec la JSK en cette fin de saison. L’étude des offres que j’ai reçues viendra en temps voulu. Ceci, par respect à mon club auquel je dois encore un mois de contrat.
Propos recueillis par Azedine Maktour

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable