Mardi 25 septembre 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

MÊME EUX !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«A quoi reconnaît-on un régime répressif ? Même lorsqu’il te parle de salaires, il s’empresse de leur coller une grille.» 

Facile !

Y a pas plus tranquilles qu’eux. Tu les bafferais, ils ne se contenteraient pas de te tendre l’autre joue, ils se couperaient la tête pour te la laisser la baffer tout à ta guise. Tu les insulterais, ils te remercieraient et béniraient le ciel qui leur a fait croiser cette bordée d’injures. Tu leur interdirais la ville, ils te déclameraient des vers sans fin sur la beauté de la campagne. Tu leur interdirais la campagne, ils te montreraient les étoiles et les chemins de l’esprit pour y grimper tous les soirs. Tu les affamerais, ils se montreraient prolixes et savants sur les bienfaits du jeûne. Eh bien, ces personnes hors du commun, ces inatteignables, ces «inzaâzables», ces montagnes de patience patinée et sans lézarde, ces rocs à l’épreuve de toutes les humiliations et de toutes les souffrances sont sortis de leurs gonds ! Les moines bouddhistes ont investi les rues de la capitale birmane, Rangoon, pour dire leur colère face au pouvoir en place et leur volonté de le faire partir. Ya bourab ! Même des moines bouddhistes, des bonzes ont pété un câble et sont sortis manifester leur auguste courroux. Et pourtant, dieu sait (Bouddha aussi) qu’il en faut pour arriver à sortir les tuniques rouges de leurs monastères. C’est fait ! Ils sont là, le plus souvent sous une pluie fine et pénétrante comme seul le ciel de Birmanie sait en cracher en cette période de l’année, en file indienne, le sourire en guise de pancarte, les pieds nus en guise de revendication et la ténacité en guise de crédibilité. Dans leur sillage, ils ont entraîné plus de cent mille manifestants hier lundi dans les rues de Rangoon. Du jamais vu depuis 1988. Mais alors, si ce qui se fait de mieux en matière de non-violence et de pacifisme franchit le pas et passe à l’acte en investissant en force la rue birmane, qu’est-ce qui fait que nous, des êtres pas franchement pacifistes, pas branchés "zénitude" pour un sou et pas très portés sur les robes orange fluo, ne bougeons pas ? Quel est donc ce sort terrible qui nous a été jeté et qui fait que, non contents que nos joues soient baffées depuis 45 ans, nous faisons haie à ceux qui nous les baffent et ne sortons dans les rues que pour les applaudir et leur souhaiter longue vie ? Même des moines bouddhistes n’ont pas toléré une telle «tamara» ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4549

  Éxclusif : HADJERES AU “SOIR D’ALGERIE”

«Réhabiliter ensemble la fonction noble du politique, la construction de solutions de paix et de mieux-être, acceptables et vivables pour la majorité»

Télécharger la version PDF

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site