Actualités : DEUXIÈME JOUR DE DÉBRAYAGE
Les cours n'ont pas eu lieu


Au deuxième jour de grève à l’appel de l’intersyndicale de la Fonction publique, les lycées sont restées vides. Les enseignants ont poursuivi massivement leur mouvement de protestation. Les lycéens n’ont pas eu cours. Même topo pour ceux du paramédical.
Meriem Ouyahia - Alger (Le Soir) - À midi, pas de lycéens aux abords de leurs établissements. Beaucoup d’entre eux n’ont même pas fait le déplacement. Et pour cause, la veille, les enseignants ont déserté les estrades. Ils ont débrayé. Au lycée Ibn-Nass, se trouvant à la place du 1er-Mai, les enseignants sont sortis de l’établissement sans avoir prodigué de cours. Interrogé, un enseignant de langue arabe relèvera qu’au sein du lycée Ibn-Nass, le mot d’ordre est largement suivi. «Moi-même, je suis en grève car j’estime que c’est la seule façon pour faire avancer les choses et améliorer notre situation», a déclaré cet enseignant ayant cumulé plusieurs années d’enseignement. Le même son de cloche chez plusieurs enseignants rencontrés. Une surveillante au sein de cet établissement a souligné que les lycéens, des trois années secondaires, ont été libérés dès 10 h. «Des enseignants étaient présents dans l’établissement mais n’ont pas donné de cours. Ils ont clairement signifié qu’ils étaient en grève», a-t-elle ajouté. A quelques mètres de là, se trouve le lycée El-Idrissi. Les quelques adolescent se trouvant aux abords sont sans cartable. «Nous savions que nous n’aurions pas cours parce que les profs sont en grève. Nous sommes venus juste pour nous rencontrer » confiera un jeune adolescent. Les mêmes échos nous sont parvenus des différents lycées à l’image de celui de Dely-Ibrahim. Les cours n’ont pas été également dispensés à l’école de formation paramédicale de la wilaya d’Alger. Seuls les contractuels, payés à l’heure, ont travaillé. La matinée, les cours ont été assurés par les enseignants vacataires ainsi que trois enseignants permanents stagiaires. L’après-midi, les cours ont été assurés par sept enseignants vacataires. Hadji Smaïn, président du Syndicat national des enseignants du paramédical, a souligné que les douze enseignants permanents programmés durant cette journée étaient en grève. En somme elle est suivie à 100%.
M. O.
molesoir@yahoo.fr

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable