Sports : FOOTBALL
LE MC ORAN RÉTROGRADE EN SUPERDIVISION
L'avilissement d'un prestigieux club


Ainsi donc, l’appréhension de Kacem Elimam, exprésident du MCO, était fondée. La relégation du club d’El Hamri en division nationale deux vient soulever moult questions. Le conflit d’il y a quelques années où deux effectifs «rouge et blanc» s’étaient présentés à Sidi-Bel-Abbès pour affronter…
le NAHD n’est plus cette «blague de tous les temps» puisque le bras de fer a achoppé sur une historique rétrogradation. Kalem Elimam avait pointé du doigt les gens d’Oran qui se targuent d’être d’authentiques Hamraoua, lui déniant ce «droit», lui qui vit toujours dans le populeux quartier d’El-Hamri qui a vu naître le 14 mai 1946 ce mythique club avec la bénédiction du grand chef religieux Cheikh Saïd Zemouchi. Elimam eut au moins l’insigne honneur d’être derrière les meilleurs résultats enregistrés par le MCO durant plus de quatre décennies de présence parmi l’élite. Depuis son départ «programmé», le Mouloudia d’Oran n’a fait que reculer, accumulant les échecs conclus cette saison par une participation déshonorante à la Coupe arabe «dictée» non pas par le bon classement de l’équipe durant l’exercice précédent mais du fait que l’ASO Chlef, son bourreau de lundi, n’avait pas les infrastructures pour accueillir les princes du Golfe arabique. La fleur offerte par Raouraoua au club d’El-Hamri était empoisonnée, dans la mesure où les Mouloudéens ont quitté la compétition dès le 1er tour. On était loin de l’épopée vécue par l’équipe de l’ex-boss qui avait offert le 1er titre régional (Supercoupe arabe) en Egypte. La mauvaise gestion a mené le club à la ruine et que son «opposant», Youcef Djebari, a miné de par une mauvaise et aléatoire politique. Tout le monde est complice dans cet échec qui est surtout imputable à ceux qui ont installé Djebari à la présidence en bafouant les lois régissant les AG, empêchant Elimam de postuler, lui qui a connu, aimé et aidé le MCO avant l’indépendance du pays. Aujourd’hui, il faut que les gens se ressaisissent pour revoir toute la politique de restructuration du club car la relégation, comme la consécration, n’est point une fin en soi. «Je suis disposé à retravailler de nouveau pour remettre le club sur les rails», lance Kacem Elimam, toujours prêt à représider le club de son enfance. Il ajoutera qu’il est urgent de «se préparer afin de bien démarrer la prochaine saison car les contacts et le recrutement sont déjà entamés par d’autres équipes». Aussi, une AG extraordinaire doit être convoquée pour lancer de nouveaux jalons et redémarrer le club avec une vision futuriste afin de revenir au plus vite parmi l’élite.
C. Khalil



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2008/05/28/article.php?sid=68888&cid=5