Actualités : RESCAPÉ DE LA GUILLOTINE DE MUSTAPHA BOUDINA
Dans le couloir de la mort, en attendant l’exécution !


Un livre-témoignage vient de paraître aux éditions Anep. L’ouvrage a été présenté hier au Centre de presse du quotidien El Moudjahid . Dans Rescapé de la guillotine , Mustapha Boudina, actuel président de l’Association nationale des anciens condamnés à mort, raconte les terribles moments de détention passés dans les couloirs de la mort à la prison de Fort Montluc de Lyon, en France.
Lotfi Mérad - Alger (Le Soir)- Avec beaucoup d’émotion, Mustapha Boudina décrit ce que lui et ses compagnons ont enduré comme torture et souffrance morale et physique dans l’attente d’être exécutés par les bourreaux français de la prison lyonnaise. Mais aussi, les grands moments de courage et de dignité inouïs des prisonniers algériens face à la mort. «Après un procès expéditif au tribunal militaire qui était séparé de la prison par une petite cour, nous sommes condamnés à la peine capitale. Nous étions 16 fidayîn algériens. Cinq par cellule. Nous nous sommes mis d’accord pour récuser la justice française et avoir pour seul réponse au juge que c’est le GPRA qui est habilité à nous juger», dira Mustafa Boudina. «A la prononciation de la condamnation, nous entonnions l’hymne national Kassamen et Min Djibalina», poursuit- il. «Et pour meubler nos journées, je me suis occupé à donner des cours aux prisonniers algériens illettrés même si certains ne trouvaient pas l’intérêt de s’instruire, sachant qu’ils allaient être appelés à la guillotine à tout moment. C’était notre façon à nous de survivre et résister contre l’ennemi. Et pour ajouter encore plus à notre torture, la bibliothèque de la prison ne comportait que des livres de dessins animés et un seul ouvrage qui raconte l’histoire d’une femme juive torturée à mort par les nazis.» Et entre autres moments forts vécus dans le couloir de la mort de la prison de Lyon, le conférencier citera celui du martyre Khelifi Abderrahmane. «Au moment où il était conduit à la guillotine, aux cris d’Allah Akbar, il nous lancera le message suivant : dites à la jeunesse de me venger en aimant plus fort l’Algérie. Et à l’adresse du colonel chargé de superviser cet assassinat, il dira avec beaucoup de stoïcisme : faites vite, j’ai rendez-vous au Paradis. Et Ahmed Feghoul, un autre chahid condamné à mort, aura cette réplique à son bourreau : assassine-moi, tu es salement payé pour ça.» Ces témoignages et beaucoup d’autres émouvants sont racontés dans le livre de Mustapha Boudina. «C’est le courage de ces héros et le message de ceux qui ont offert leur vie à l’Algérie que je voudrais transmettre à travers mon livre à la jeunesse post-indépendance», souligne l’auteur de Rescapé de la guillotine, qui rappelle que plus de 210 martyrs ont été guillotinés par les autorités coloniales françaises durant la guerre de Libération nationale. Des sacrifices que l’association des anciens condamnés à mort voudrait commémorer le 19 juin, date de l’exécution de Zabana et Ferradj, chaque année en hommage à tous les condamnés à mort en France et en Algérie.
L. M.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable