Vox populi : NOTRE SÉLECTION

Question destinée à messieurs le secrétaire général de l’UGTA et le directeur des transports de Béjaïa
Une section syndicale locale de transporteurs de voyageurs affiliée à l’UGTA a -t-elle les prérogatives de légiférer et d’afficher publiquement dans les bus ?

Ou d’imposer carrément une augmentation du prix du ticket concernant la destination Amizour-Béjaïa sans l’aval même des pouvoirs publics ? Mais également pourquoi ces derniers ne trouvent pas rapidement une solution qui arrangera les deux camps ? (transporteurs et voyageurs). Libre marché, dites-vous…!
Bara Kamel, membre d’une association socioculturelle, commune d’Amizour

Science sans conscience…
M. Belhimeur, en fin analyste, en faisant le parallèle avec des pays développés ou émergents, se demande si le rattrapage éventuel de notre retard technologique, c’est-à-dire la régulation par la connaissance et le savoir, pouvait supplanter la violence. Je pense qu’on peut répondre par la négative à cette interrogation telle qu’elle est formulée. Même avec un rattrapage technologique maximum et un illettrisme minimum, il est un élément préalable à prendre d’abord en considération, et c’est l’éducation. Car il y a au moins deux forces contre lesquelles l’intelligence ne peut rien : la force de l’inertie et la bêtise humaine, héritage de notre système éducatif.
Mus

31 millions d’habitants gérés par un… maire
1- La municipalité de Chongqing en République populaire de Chine compte, à elle seule, une population de 31 442 300 habitants. De part son statut de municipalité, elle n'est donc gérée que par... un maire ! Gestion du reste assurée avec calme et sérénité.
2- En 1984, si ma mémoire est bonne, le PSG rencontrait au Parc-des-Princes, dans un match amical, l'équipe nationale d'Israël. Il s'est trouvé dans cette équipe du P-SG un Beur dont le patriotisme n'est plus à démontrer. Il était professionnel et donc royalement rémunéré par son club. Dans un geste qui s'apparente à un refus de travail, Mustapha Dahleb refusa de participer à cette rencontre. Puisse le geste de Moumous servir d'exemple à nos dirigeants politiques. Cordialement.
Y. Ouazib, Paris 14e

Message à la jeunesse
Mon message est le suivant : je suis triste que notre jeunesse en arrive à quémander l’aumône chez nos voisins du Nord, alors que notre pays est en jachère. Un peuple pauvre dans un pays riche. On a toujours accablé ceux qui gouvernent de tous les maux. Moi, je ne suis pas d’accord, l’entière responsabilité, c’est celle du peuple qui doit apprendre à choisir ceux qui doivent diriger le pays et veiller à ce que leur choix soit respecté. Le jour où le tribalisme, le «benamisme» le «beniouiouisme», l’applaventrisme seront bannis, ce jour-là, notre malédiction sera terminée. «Chaâb fahem ou oua hi tuti quanti». C’est mon premier écrit, merci de le publier.
Mouloud

Je ne comprends pas…
Je ne comprends pas pourquoi tant de gens ont répondu à Youcef Abdelkarim d’Annaba. D'abord, je doute fort que ça soit ses vrais nom et prénom. Il n'a pas assez de cran pour se dévoiler, ça c'est ma première constatation. Je suis kabyle et j'ai un tas d'amis d’Annaba ; il dit n'importe quoi. Moi, je pense que c'est un terroriste qui s'est infiltré comme un voleur dans un cyber et qui a déversé le poison qui envenime sa vie. Franchement, ne lui accordez pas trop d'importance, ça ne vaut pas le coup.
Perdrix

Où sont nos droits ?
M./Mme, On est le 25 mai de l'année 2008 et je vais vous relater l'histoire de jeunes Algériens et Algériennes dénigré(e)s et humilié(e)s par un ressortissant étranger sur la terre d'Algérie et non ailleurs. En fait, nous sommes des travailleurs algériens, travaillant dans le domaine pétrolier, pour une boîte étrangère, et après des années de travail et de labeur, et après le changement de directeur opéré ces derniers mois, on décide tout bonnement et simplement de nous dire que notre rôle est terminé et que nous devons quitter nos postes de travail et résilier nos contrats CDI pour une raison totalement imaginaire et qui est réellement inexistante... Le comble dans tout cela est que la veille de la remise de ces lettres, notre cher directeur nous invite à une réception et nous dit texto : «Vous êtes virés, vous êtes tous virés». A l'instant où on vous écrit, on est toujours de marbre par ce qui vient de se passer et après la visite du bureau de l'inspecteur du travail à Hassi Messaoud, on attend et on attendra toujours que notre dignité et nos droits soient sauvegardés dans cette chère Algérie... A bon entendeur... Un groupe de travailleurs de la compagnie...
Hassi Messaoud

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable