Monde : SELON UN RESPONSABLE IRANIEN
Téhéran visera «32 bases américaines» et le cœur d'Israël en cas d'attaque


L'Iran visera «32 bases américaines et le cœur d'Israël» en cas d'attaque contre son territoire, a déclaré un haut responsable iranien, cité hier par l'agence de presse semi-officielle Fars.
«Si l'Amérique ou Israël tire des balles ou des missiles contre notre pays, les forces armées iraniennes viseront le cœur d'Israël et 32 bases américaines dans la région avant même que le sable de cette attaque ne soit retombé », a déclaré un conseiller du guide suprême Ali Khamenei, Mojtaba Zolnoor. M. Zolnoor est le représentant adjoint du guide au sein des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime islamique qui contrôle les armements les plus puissants, dont les missiles de longue portée capables de frapper Israël ou les bases américaines dans le Golfe. Les Etats-Unis et leur allié régional Israël n'ont pas exclu d'attaquer des sites nucléaires iraniens pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme atomique. Les pays occidentaux redoutent en effet que le programme nucléaire civil de Téhéran ne cache un volet militaire. A ce titre, ils réclament l'arrêt de l'enrichissement d'uranium, une mesure exclue par le régime islamique qui dément chercher à obtenir l'arme nucléaire. Plus tôt samedi, l'Iran avait cependant écarté l'idée d'une attaque des Etats-Unis ou d'Israël contre ses sites nucléaires, estimant qu'une action militaire serait «folle» et vouée à l'échec. «Toute agression ou action militaire contre l'Iran est une idiotie dont les répercussions feraient du mal à tout le monde», a dit le porte-parole du gouvernement Gholam Hossein Elham lors de son point de presse hebdomadaire. «Je ne pense pas que ce genre de folie et d'absurdité prévaudra ou soit faisable militairement », a-t-il dit. La tension entre l'Iran d'une part et les Etats-Unis et Israël d'autre part a monté d'un cran cette semaine après que Téhéran eut annoncé avoir procédé à des essais de missiles, dont l'un, le Shahab-3, présenté comme capable d'atteindre Israël, lors de manœuvres militaires en Iran. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a averti de son côté les Etats-Unis et Israël, qu'en cas d'agression, la réponse de Téhéran «serait sévère et dévastatrice ». Il a néanmoins estimé que «le régime sioniste et les Etats-Unis n'avaient évidemment pas la capacité de s'impliquer dans une nouvelle crise», dans des propos tenus vendredi et rapportés hier par l'agence officielle Irna. Téhéran a annoncé vendredi que son négociateur Saïd Jalili rencontrerait le 19 juillet à Genève le chef de la diplomatie européenne Javier Solana pour poursuivre les négociations sur les propositions avancées en juin par le groupe des six grandes puissances impliquées dans le dossier nucléaire iranien (Etats- Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne). L'Iran avait de son côté présenté mi-mai à M. Solana des propositions destinées à résoudre «les grandes difficultés mondiales», notamment «l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire».



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2008/07/13/article.php?sid=70747&cid=26