Sports : FOOTBALL
LA JS KABYLIE ACCROCHÉE SUR SES TERRES PAR LES ASTRES DE DOUALA
Comme un supplice...


Versés en Coupe de la Confédération après qu’ils se furent sortir à l’issue du dernier tour préliminaire de la Ligue des champions en mai dernier, les Canaris, par la voix de leur président notamment, déclaraient alors tout haut qu’ils n’étaient pas emballés par l’idée de poursuivre leur campagne africaine dans la deuxième compétition de la CAF. Ils n’avaient qu’à le demander…
La sortie de vendredi, face aux Astres de Douala pour le compte du dernier tour d’avant les poules de la Coupe de la Confédération, a été on ne peut plus significative sur le peu d’engouement qu’engendre cette participation en ex-Coupe de la CAF chez les Kabyles. La criante absence d’engouement et surtout un manque d’arguments, sur tous les plans, ont fait dire d’ailleurs au nouveau maître de la barre technique des champions d’Algérie que la piètre sortie des camarades de Abdeslam, face aux Camerounais, n’a rien à voir avec le manque de préparation. Rude jugement de la part du coach, mais il sautait tellement aux yeux que la JSK n’avait pas les moyens de faire plus. En fait, quand on revoit le film du match, cette rentrée plutôt précoce n’avait qu’un seul avantage : elle a permis aux Canaris d’avoir un match dans les jambes pour rompre le premier cycle de leur préparation d’intersaison. De ce non-match, Alexandru Moldovan a dû tirer un maximum d’enseignements, même si logiquement, il ne pourra se targuer de s’être fait une idée définitive sur son équipe à ce moment de la saison. Ainsi, durant la majeure partie du temps de cette rencontre d’un niveau inqualifiable, il a dû avoir mal de voir la JSK éprouver toutes les peines du monde à développer le jeu le plus simple face à une équipe des Astres largement à sa portée «en temps normal» et qui plus est était contrainte d’évoluer en infériorité numérique une heure durant. Certains joueurs donnaient même l’impression de prendre ce match comme un supplice tant le cours du jeu était insipide. Et puis, il faut dire que, malheureusement, le cinéma dont ne peuvent se faire l’économie certaines formations du continent n’a pas aidé à bien «digérer» le match. De quoi donner, dans une certaine mesure, aux dirigeants de la JSK de mettre un trait sur cette Coupe de la Confédération. Alors, on imagine d’ici la tête des «malheureux» joueurs qui seront contraints au long voyage à Douala dans moins de quinze jours alors que le reste de la formation sera en pleine préparation à Casablanca, stage qui débutera d’ailleurs demain puisque les Canaris prendront le vol à destination du Maroc peu après 12 heures.
Azedine Maktour



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2008/07/13/article.php?sid=70760&cid=5