Régions : COMMÉMORATION DE LA JOURNÉE DU MOUDJAHID À BOUIRA
Entre la symbolique et les omissions


A l’instar des autres wilayas du pays, le double anniversaire de la Journée du moudjahid du 20 août 1955 et du Congrès de la Soummam, en 1956, est une occasion pour les autorités locales de concocter des programmes de festivités, chargés de visites pour inaugurer et baptiser des sites ou des édifices publics au nom de martyrs de la révolution, afin de marquer cet événement glorieux.
Dans la commune de Saharidj, située à 55 km à l’est de Bouira, localité considérée comme un haut lieu historique, les autorités vont procéder à l’inauguration du lycée Saharidj et le baptiser au nom de Belkacemi Ali, un des martyrs de la région. Cependant, cette inauguration vient deux années après l’entrée en service de ce lycée. En outre, la réalisation de cet établissement vient de soulever le mécontentement d’un entrepreneur, retenu pour la réalisation du lot «terrassement et murs de soutènement», et qui ne cesse de contester le rejet, en date du 26.07.2007, de «l’avenant n°3 du projet par la commission des marchés publics de la wilaya». De plus, M. L. Merzouk, gérant de ladite entreprise, indique que les autorités locales ne l’ont même pas saisi afin d’assister à l’inauguration du lycée, de peur qu’il n’expose ses préoccupations au wali, concernant le nonpaiement du montant des travaux supplémentaires réalisés sur le site. Le même entrepreneur, qui s’est présenté à notre bureau de Bouira avec un dossier volumineux qui comporte des pièces relatant son périple et les déboires endurés lors de la réalisation du projet, a affirmé, qu’étant originaire de la localité de Saharidj, à la tête d’une entreprise très respectée et qui a participé à la réalisation d’un lycée, il venait d’être injustement ignoré par les autorités. Sur un autre registre, au niveau de Bouira, la visite du ministre des Moudjahidine dans la wilaya, M. Chérif Abbès, a été annoncée depuis quelques jours, pour prendre part aux activités commémoratives, avec l’ouverture de la nouvelle Maison de la culture de Bouira, par une rencontre entre les élus locaux, les cadres et les moudjahidine et la baptisation du centre universitaire de Bouira au nom du colonel Akli Mohand Oulhadj. Cependant, le programme des festivités établi par la wilaya ne fait aucunement mention de la visite du ministre. Une autre omission ? Peut-être.
Amine Han



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2008/08/20/article.php?sid=72378&cid=4