Culture : L’AUTEUR ET JOURNALISTE MANUEL VINCENT AU CIP
«Qui cherche la vérité risque le danger de la trouver» !


Des images ! Manuel Vincent, auteur et journaliste à El Pais, a tenté une approche de la littérature méditerranéenne à travers cinq événements qui ont marqué notre siècle. Au Centre international de la presse à Kouba, ce sont des images de l’assassinat du président des Etats-Unis, John Fitzgerald Kennedy, de la chute du mur de Berlin, des attentats des tours jumelles de Manathan… qui défilent. A partir de ces repères historiques, pour l’Espagnol Manuel Vincent, la caméra a cessé d’être innocente. Une tragédie.
«L’opinion est manipulée. La guerre est un autre instrument pour tous ces intérêts de convoitise. » D’après Manuel Vicent, ce que nous percevons aujourd’hui ne nous touche plus. Nous demeurons blasés face à des événements dramatiques. L’information est telle une substance digérée à la va-vite. La vérité déformée. Nous subissons l’histoire telle une idéologie. Partie prenante d’un monde et particulièrement d’une Méditerranée qui change, Manuel Vincent a souhaité pour son passage à Alger revenir sur ce qui nous unit. Aux clandestins qui échouent sans vie tous les jours sur les rives ibériques, l’auteur révélera que la littérature espagnole a choisi de laisser aux images le pouvoir de l’information. Une information, toujours selon l’auteur, qui est aujourd’hui rien d’autre que de la marchandise. Une comparaison étrange qui relègue la littérature de l’information, notamment celle de l’actualité, au second plan. Il reviendra également sur les conséquences du changement climatique de notre planète qui s’opère chaque jour, dû à l’ignorance des hommes. Pour Manuel Vincent, «la mer Méditerranée est entachée de sang, c’est une mer intérieure, salie, distortionnée». A cette tragédie, l’auteur espagnol propose l’unité méditerranéenne et sa culture comme éléments de justice absolu. Une unité des Méditerranéens qui renforcerait notre avenir. Une autre issue probablement, celle d’une culture partagée, donc renforcée.
Samira Hadj Amar

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable