Régions : EL-TARF/DANS L'ATTENTE D’UNE RÉGULARISATION EFFECTIVE POUR L'OBTENTION DE L’ACTE DE PROPRIÉTÉ
139 familles d’El-Kala crient leur désarroi


Ce sont 139 familles réparties sur plusieurs quartiers de la ville d’El-Kala qui ne savent plus à quel saint se vouer pour trouver une solution radicale et définitive à leur principal problème concernant la régularisation de leurs habitations et qui a trait à l'obtention de l’acte de propriété du terrain. Une situation pour le moins déplorable qui dure depuis plusieurs décennies sans que des responsables locaux daignent lever le petit doigt pour mettre un terme à cet état de fait de hogra.
En effet, il s’agit, pour plus de précisions, des 40 logements de la cité Boulif, des 15 logements de la cité la Grande Plage, des 44 logements de la cité Fernana construits, tous, durant les années 1970 dans le cadre de l’auto- construction et par ailleurs des 40 logements autogérés agricoles, situés à la cité Fernana, datant de 1980. Selon les habitants lésés et indignés, «les autorités auraient dû depuis belle lurette procéder au transfert des logements et leur cession dans le cadre de la loi de 1969 sur les SAS. Malheureusement, nonobstant nos multiples démarches, rien ne se profile à l’horizon. Les dossiers finalisés et déposés au niveau de la daïra d’El- Kala n’ont pas abouti à la régularisation des assiettes foncières sur lesquelles sont bâties nos maisons. C’est un déni de justice et de nos droits légitimes conformément aux lois de la République», ont-ils martelé avec beaucoup d’amertume. Ils ajouteront, avec un pincement au cœur et un sentiment de révolte à peine contenu, d’avoir été lâchés par les autorités locales et les élus de la commune, que «les édiles de la commune de l’assemblée sortante d’obédience FLN du précédent mandat 2002-2007 ont pris en charge notre principale doléance en œuvrant à établir un procès-verbal de constat des lotissements sur lesquels sont érigés les logements, un plan de masse, une fiche technique descriptive pour chaque assiette foncière de chaque cité concernée et un plan cadastral. Le dossier ficelé a été remis aux services concernés (daïra et direction des domaines...) en vain». Dans le même sillage, le président d’un comité de quartier indiquera, preuves à l’appui, et dont nous détenons une copie, que «le PV émanant de la commune portant les références 598/2006 daté du 26 mars 2006 et adressé au directeur des domaines de la wilaya, porte dans son objet la régularisation des logements des agglomérations situées au niveau des cités Boulif, Fernana et la Grande Plage. Le PV contient tous les détails inhérents à l’opération derégularisation. Malheureusement, c'est encore le silence radio. Personne n’a pris la peine de nous venir en aide. c’est comme une bouteille jetée à la mer». Cependant, les habitants lésés, dont un grand nombre sont des moudjahiddine, ont affirmé, un brin coléreux, que «faute d’acte de propriété du terrain et compte tenu des dégradations subies par les logements par l’effet du temps et des variations climatiques, ils ne peuvent en aucune manière initier une opération de réfection ou d’entretien à défaut d’être des hors-la- loi». «L’épée de Damoclès des nouvelles lois en la matière est suspendue sur nos têtes nous interdisant une quelconque opération de rénovation ou d’extension de nos habitations alors que nos familles s’élargissement par de nouveaux membres avec comme corollaire de nouveaux besoins en espace et confort», ont-ils fait savoir. En guise de conclusion, ils interpellent les hautes autorités du pays pour prendre en charge leur problème dans le cadre des lois. «Nous ne voulons pas d’un bras de fer avec les responsables locaux. Nous avons opté pour des moyens pacifiques et civilisés pour faire aboutir notre revendication et notre droit à un toit. La balle est dans le camp des autorités locales. Gérer c’est prévoir. Le wali a institué une commission pour régulariser l’ensemble des agglomérations dites SAS. Nous sommes confiants. Nous espérons que c’est l’épilogue de notre descente aux enfers», ont-ils précisé avec détermination et dégoût.
Daoud Allam

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable