Actualités : PRISE EN CHARGE DES PERSONNES HANDICAPÉES EN ALGÉRIE
Beaucoup reste à faire


Le ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Djamel Ould Abbas, a avoué hier que beaucoup d’efforts sont encore à consentir pour la prise en charge des handicapés dans notre pays. «Malgré les efforts et les moyens humains et financiers qui ont été déployés par l’Etat algérien, le combat pour la protection des handicapés et des personnes âgées n’en est qu’à ses balbutiements.
Nous avons d’énormes défis à relever pour aider cette catégorie de nos concitoyens», déclare-t-il à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des personnes handicapées, coïncidant avec le 3 décembre de chaque année. Le département de Ould Abbas estime le nombre des handicapés en Algérie en 2008 à près de deux millions de personnes. Mais ce chiffre est loin de refléter la réalité. Une commission nationale a été installée récemment pour enquêter sur le nombre des handicapés existant en Algérie. Cette commission devra rendre ses résultats dans trois mois, indique le ministre de la Solidarité qui affirme qu’environ 160 000 personnes dont le taux de handicap est de 100 % bénéficient d’une pension de 4 000 DA/mois. Ould Abbas indique qu’il s’attelle à la revalorisation de cette pension à 6 000 DA/mois. Il déclare aussi que l’Etat œuvre pour une meilleure intégration socioprofessionnelle de cette catégorie de personnes, en leur octroyant des aides pour le montage de certains projets. La prise en charge des handicapés en matière de formation professionnelle fait, selon le ministre, partie des priorités de l’Etat algérien. Mais il demeure que cette frange de la société a besoin d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics, surtout que l’on voit se multiplier le nombre des handicapés mentaux qui «traînent» dans les rues des différentes villes du pays.
Lyès Menacer

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable