Actualités : SON PLAN D’ACTION DEVANT L’APN LE 14 DÉCEMBRE
Ce que fera Ouyahia


C’est le dimanche 14 décembre que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, descendra dans l’arène parlementaire, l’Assemblée populaire nationale, pour donner lecture du plan d’action qu’il aura à charge de coordonner. Ce plan, apprend-on de bonne source, sera circonscrit aux quatre mois nous séparant de la prochaine élection présidentielle.
Converti de chef de gouvernement en Premier ministre au lendemain du vote parlementaire de la révision partielle de la Constitution, Ahmed Ouyahia marquera sa retrouvaille avec les locataires du palais Zighout-Youcef par la présentation, donc, d’une perspective à court terme. Une perspective où il sera beaucoup plus question de parachèvement des chantiers engagés depuis 2004 que de l’engagement de nouveaux. Etant donné la période dans laquelle s’inscrit son plan d’action, Ouyahia, le président Bouteflika, à vrai dire, rectifierait tout au plus certaines options. Des menus correctifs qui n’altéreront pas la copie telle que rédigée bientôt cinq ans maintenant. Mais pour ne pas avoir à décliner la feuille d’un tronçon de route, le Premier ministre a retenu de faire de «deux-en-un». En même temps que le plan d’action, Ouyahia, ajoute notre source, dressera le bilan de son gouvernement sortant. Aussi, les députés auront, le dimanche 14 décembre, à la fois à entendre le Premier ministre déclamer les «performances », s’il en existe, du gouvernement sortant et dévoiler ce qu’il compte faire d’ici avril 2009. Les députés auront à évaluer le bilan et débattre du plan d’action à compter du mardi 16 décembre. Le bureau de l’Assemblée populaire nationale a décidé d’un entracte pour le lundi 15 décembre, plus exactement une suspension de plénière d’une journée. Les débats pourront se prolonger jusqu’au jeudi 18 décembre. La durée de cette plénière consacrée au plan d’action du Premier ministre est fonction du nombre de députés inscrits pour prendre la parole. Mais il reste que, quelles qu’en seront les remarques que les députés auront à faire, le plan d’action ainsi que le bilan du gouvernement sortant se solderont, inéluctablement, par l’aval de l’APN. La solidarité parlementaire, traduction active de l’Alliance présidentielle formée par le FLN, le RND et le MSP, agira, pour sûr. Comme elle l’a fait lorsqu’il a fallu voter, le 12 novembre dernier, l’amendement constitutionnel qui allait permettre au président de la République en exercice de postuler à sa propre succession en avril 2009. D’ailleurs, les députés du triumvirat FLN-RND-MSP auront, cette fois, à cautionner, non pas un programme d’un gouvernement, mais le programme du président de la République. Et, c’est ce qui cimente l’Alliance présidentielle dont ils se revendiquent. Cela étant, en se résumant à un plan d’action qui courra seulement jusqu’à la présidentielle d’avril 2009, le Premier ministre donne à noter qu’un nouveau plan d’action sera élaboré après l’élection présidentielle, si le président Bouteflika est élu pour un troisième mandat consécutif. Un plan d’action qui sera quinquennal. Quant au Premier ministre, qui aura la mission de le coordonner, rien ne dit que ce ne sera pas Ouyahia toujours.
S. A. I.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable