Sports : COUPE DE L’UNION NORD-AFRICAINE (1/2 FINALE, ALLER),
NADI EL MISRY 1 – JSM BÉJAÏA 0
Les Vert et Rouge font de la belle résistance


Stade de Port-Saïd, temps clément, affluence nombreuse, terrain en bon état, arbitrage du trio tunisien Harzi Ryad, Saâdallah Choukri et Amina Fathi. But : Wajih Abdeladim (27’, s.p) Nadi El Misry. Averts. : Oussama Azeb (31’), Mohamed Redouane (56’), Achour Sayed (65’) Nadi El-Misry, Zafour (30’), Lahmer (46’), Mehia (50’), Boulemdaïs (77’), Belatrèche (90’+1’) JSMB. Exp. : Georges Awah (1’) Nadi El-Misry, N’Jeukam (27’) JSMB. Nadi El Misry : Georges Awah, Oussama Azeb, Mohamed Ramadhan, Hadeeby, Mohamed Hafed, Mohamed Achour Sayed, Mohamed Chedid Enawy, Ahmed Othman, Akote Mensah, Wajih Abdeladim puis Ahmed Khalifa (84’), Ahmed Jallal, Mohamed Faheem puis Haithem (GB 2’). - Entr. : Ahmed Hossam Hassan. JSMB : N’Jeukam, Mehia, Megatli, Zafour, Messali, Belakhdar, Belatrèche, Lahmer, Deghiche, Ghazi, Belkheir puis Saoula (26’). - Entr. : Djamel Menad.

L’équipe kabyle de la Soummam s’est inclinée par la plus petite des marges (1-0) à Port Saïd, en terre des pharaons, devant le Nadi El Misry. Une courte défaite qui ne compromet aucunement les chances des Vert et Rouge d’arracher le ticket qualificatif dans une vingtaine de jours à l’issue du match retour prévu dans la capitale des Hammadites. Là-bas, les capés de Djamel Menad pourront compter sur le soutien massif de leurs supporters pour les porter en finale de cette première édition de la Coupe nord-africaine des vainqueurs de coupe. Il faut dire que les Béjaouis n’ont nullement à rougir de cette défaite au vu de la tension qui a régné durant toute la partie dirigée, faut-il le souligner, par un arbitrage contestable du trio tunisien. Les équipiers de Messali ont entamé avec force la partie pour aller inquiéter dangereusement l’arrière-garde El Misry. On jouait à peine la première minute de jeu lorsque Lahmer se retrouve nez à nez avec le keeper égyptien qui n’aura d’autre alternative pour sauver son équipe d’un but tout fait que de renvoyer de la main le ballon à l’approche du périmètre de réparation. Une faute qui lui a valu un carton rouge des plus légitimes de l’arbitre tunisien. Amoindrie numériquement après l’expulsion de son gardien de but, l’équipe de Hossam Hassan a eu toutes les peines du monde à faire face aux incessants assauts des fougueux protégés de Yemma Gouraya. Farid Ghazi et Lahmer, pour ne citer que ces deux éléments, ont raté une multitude d’opportunités de tuer le match dans les vingt premières minutes de jeu. A la 25’, N’Jeukam commet une erreur dans sa zone sur un attaquant égyptien. L’arbitre tunisien n’hésite pas à sanctionner la faute par l’expulsion du keeper béjaoui N’Jeukam et un penalty que transformera judicieusement Wajih Abdeladhim pour donner l’avantage à son équipe. Une sanction jugée trop sévère qui n’a pas manqué de susciter l’ire de Kabyles de la Soummam. Un coup de pouce de l’arbitre tunisien qui remet ainsi les deux équipes à égalité numérique, tout en offrant un avantage à une équipe locale en doute. Les camarades d’Ahmed Jallal reprennent confiance en eux pour aller alerter gravement le gardien Saoula. L’arrière-garde béjaouie, admirablement regroupée autour de l’expérimenté ex-Canari Zafour, résistera farouchement aux raids égyptiens jusqu’au coup de sifflet finale du directeur du jeu. Les Vert et Rouge auraient même pu réussir à niveler la marque en seconde période n’était l’excès de précipitation à l’approche de la zone de vérité des coéquipiers de Farid Ghazi. La formation phare de la Soummam garde néanmoins toutes ses chances pour la finale. Le groupe de Djamel Menad possède, en tout cas, toutes les potentialités pour renverser la vapeur à leur avantage et arracher la qualification dans leur antre lors de la manche retour, prévue à Béjaïa le 26 décembre prochain.
A. Kersani

A chaud…
Djamel Menad : «On n’a pas à rougir de ce résultat. L’arbitrage, qui a été correct durant les vingt minutes de jeu, a entrepris un virage à 180° pour se retourner contre mon équipe. Il a tout fait pour se racheter aux yeux des Egyptiens. Il a fini par expulser notre gardien. C’est vrai que c’est difficile d’expulser un joueur égyptien chez eux. Cela n’explique pas tout. Mon équipe s’est montrée fébrile alors qu’elle avait le match en main. On a raté plusieurs occasion de niveler la marque après le but du Nadi El Misry. Il reste encore le match retour. Mes joueurs doivent se surpasser et arracher le ticket qualificatif.»
A. K.

 

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable