samedi 07 fevrier 2009
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Monde
 
 
Nos archives en HTML
 

Suspense gued Aâz’rin !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

C’est quoi le plus dur dans des études universitaires ?  

Le resto U !

Je viens m’inscrire en faux contre tous ceux, et ils sont malheureusement de plus en plus nombreux, qui pensent que la prochaine élection présidentielle est d’ores et déjà jouée, vide de tout suspense, réglée par avance. Ce n’est pas vrai ! C’est même un mensonge énorme de la part des personnes qui croient cela et qui tentent d’influer sur notre jugement citoyen et responsable. Moi, je fais mien le slogan de la campagne qui n’a pas commencé et qui dit «ne laisse pas quelqu’un d’autre décider pour toi». Oui ! Je refuse de laisser quelqu’un d’autre me suggérer que la présidentielle est dénuée de tout enjeu. Non ! Il y a, derrière ce scrutin tant décrié, un enjeu énorme, gued Aâz’rin ! Qui peut me dire de manière sûre et certaine, sans doute possible, sans l’ombre fraîche d’une marge d’erreur, sans l’once fine d’une hésitation, si Abdekka va garder Ouyahia après sa réélection ? Hein ? Ça vous la coupe, la chique ? Le voilà l’enjeu colossal. Boutef gardera-t-il son Monsieur Elections ou le remplacera-t-il par Belkhadem, son Monsieur 100%, 50% Soudan, 50% Iran ? Mais non, M’sieur ! Désolé ! Ce n’est pas la même chose ! Garder Ouyahia, c’est un message. Le remplacer par Belkhadem, c’est un autre message. Laisser ces deux-là sur le carreau et propulser Soltani Premier ministre, c’est encore un autre message. A qui seraient adressés tous ces messages ? Je ne le sais pas Môssieur ! Je ne peux pas tout savoir, voyez-vous ! Et je ne peux surtout pas m’occuper de tout, moi ! Vous me voyez, à mon âge, suivre à la trace chaque message, le filer pour savoir à qui il est destiné ? Il doit y avoir des gens plus habilités à établir la traçabilité des messages adressés au travers du maintien ou du remplacement d’un Premier ministre. A eux de faire leur part du boulot. Moi, j’ai la mienne. Celle qui consiste à vous rappeler que, finalement, le sport national en Algérie, loin, fort loin devant le football, c’est celui des chaises musicales. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4471

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site