jeudi 12 mars 2009
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Monde
 
 
Nos archives en HTML
 

Les lièvres se rebellent !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Présidentielle du 9 avril prochain. La Libye confirme l’envoi d’observateurs à Alger.
 

Enfin une garantie sérieuse 
de scrutin démocratique !

Mohamed Hadef, candidat malheureux à la candidature, est en colère. Très en colère ! Il affirme que l’administration a volontairement fait obstacle à sa candidature, l’a injustement éliminé et a ouvertement favorisé le champion du système. Ce faisant, et suite à cette élimination en poules préliminaires, Monsieur Hadef affirme parfaitement «comprendre le dégoût et la frustration des Algériens qui attendaient avec impatience» sa participation à cette présidentielle du 9 avril 2009. Je ne vais pas gloser sur le drame de ces Algériens dégoûtés et frustrés de voir Monsieur Hadef éliminé ainsi. Si Monsieur Hadef en parle avec autant de conviction, c’est qu’ils existent, ces Algériens dont la vie vient d’être ainsi bouleversée par le gommage de leur candidat préféré et adoré. Je ne sais pas combien ils sont ! Mais je n’ai pas de raison majeure de douter de leur existence. Je suis fondamentalement ouvert à toutes les croyances. C’est une question d’éducation, de tempérament et de tolérance. Prenez les adeptes des OVNI, les objets volants non identifiés. Lorsque beaucoup de gens raillent les ufologues, lorsqu’une majorité de citoyennes et de citoyens de la planète rient sous cape devant les «théoriciens» d’une vie dans l’espace, lorsque certains s’amusent à fabriquer des poupées et autres produits dérivés du phénomène Roswell, moi, j’écoute poliment, j’enregistre les arguments et je garde toujours un tube de Calcibronate à portée de main. Donc, si Monsieur Hadef parle d’Algériens traumatisés par son absence le 9 avril prochain, je serai le dernier à rire de ses déclarations. Ou peut-être l’avant-dernier. Et dans cet ordre d’idées, celui d’une prise de notes rigoureuse de tout ce que vient de déclarer Monsieur Hadef, je relève cette phrase : «Je refuse que les concurrents d’Abdelaziz Bouteflika soient considérés comme des lièvres !» Là aussi, respect ! Monsieur Hadef a le droit de refuser le label «lièvre» accolé à sa candidature et à celle des adversaires d’Abdekka. Cependant, Monsieur Hadef, dont l’emploi du temps est sûrement chargé, a oublié de nous proposer d’autres appellations plus appropriées, moins connotées que «lièvre». Je lui en suggère quelques-unes : dindon. Couleuvre. Bécasse. Poisson rouge. Limace. Rantanplan. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 5226

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site