Sports : COA
L’AG ÉLECTIVE REPORTÉE À UNE DATE ULTÉRIEURE
Berraf se retire de la course


L’ère de Mustapha Berraf à la présidence du COA fait désormais partie du passé. Le président sortant du Comité olympique algérien vient en effet de confirmer son retrait de la course à un nouveau mandat à la tête de l'instance olympique nationale.
Dans une déclaration faite à l’Agence officielle de presse, APS, le sixième président de l’histoire (après Feu Hadj Mohamed Zerguini, Si Mohamed Baghdadi, Mohamed Salah Mentouri, Mustapha Larfaoui et Sid-Ali Lebib) a annoncé que l’assemblée générale élective programmée demain «sera reportée». Celle-ci, toujours selon Berraf, sera organisée dans un mois. Berraf, un tantinet déçu par la tournure des événements, dira : «Oui, je confirme mon retrait (définitif) du COA», et d’assurer qu’il ne reviendra pas sur sa décision. D’autre part, le président sortant a souligné, dans un communiqué, son retrait «de toutes les activités du Comité olympique algérien» et qu’il ne briguera pas un troisième mandat à la tête du COA. Berraf, qui a pris en main les destinées du Comité olympique en 2003, en remplacement de Mustapha Larfaoui, a essuyé depuis quelques mois des critiques de la part de nombre de parties influentes du mouvement sportif. La gestion des affaires du COA et de quelques dossiers brûlants liés notamment au centre national de Tikjda, ainsi que les échecs répétés de nos sportifs lors des compétitions internationales placées sous l’autorité du Comité olympique, sont les principaux griefs retenus contre lui. Le renouvellement des instances fédérales et ses positions contradictoires par rapport au décret 405-05 ont exaspéré la famille sportive nationale. La grogne est montée de plusieurs crans au terme de cette opération que les pouvoirs publics ont inscrit dans l’objectif d’assainir les structures de gestion du sport. Berraf, qui avait, une première fois, décidé d’organiser l’AG élective à la veille du renouvellement des instances dirigeantes des fédérations, a essuyé le refus de la tutelle et de sa propre base. En course pour ces élections, Mustapha Larfaoui se retire pour signifier sa désapprobation contre cette dérive. Finalement, Berraf se résignera à convoquer une nouvelle AGO-bilans pour le 9 janvier dernier à l’issue de laquelle il proposera et fera voter des résolutions appelant à barrer la route à d’éventuels concurrents. Un acte qui fera réagir de nombreuses voix parmi lesquelles d’anciens membres du comité exécutif sortant.
Une autre manœuvre se profile à l’horizon
L’opposition à ce projet d’OPA sur le COA s’organisera alors avec la bénédiction des pouvoirs publics sans s’impliquer directement dans la gestion de ce dossier qui a mis l’autorité de l’Etat sur la corde raide vis-à-vis des instances internationales, et la dernière réunion des fédérations à l’INFS/STS sanctionnée par un retrait de confiance à Mustapha Berraf, a confiné ce dernier dans une situation abracadabrante en ce sens que les signataires de ladite motion ont tout simplement menacé de boycotter l’AGE de ce 30 avril alors que le second candidat à un scrutin sur mesure, Abdallah Bessalem en l’occurrence, annoncera lui aussi son retrait de la course. Devant cette nouvelle donne, Berraf ne pouvait agir autrement. Abandonner le combat mené contre un mouvement sportif national pour une fois réuni autour d’un projet commun n’était plus qu’une affaire de jours, d’heures. Berraf quitte le sport pour s’éviter de nouveaux déboires. Dans sa déclaration à l’APS, il a souhaité «pleine réussite à l'ensemble des athlètes algériens » engagés dans les prochaines échéances sportives internationales. Ce sont des adieux pathétiques de quelqu’un qui a préféré ne pas trop s’encombrer l’existence et ruiner un passé sportif respectable. Encore qu’il ait commis un dernier impair quand il avancera que l'intérim de la présidence du COA sera assuré par le vice-président, M. Toufik Chaouch Teyara. Une (autre) résolution sollicitée, à tous les niveaux du jeu de l’alternance, dans le cas de vacance pour empêchement majeur. Ce qui n’est pas le cas puisque le mandat de Mustapha Berraf et de son bureau a pris fin le 3 mars dernier et par conséquent la seule alternative était de confier l’intérim au SG du COA, Mohamed Nacereddine Naïdji qui, comble de l’ironie, est l’homme de confiance et le bras droit de Berraf.
M. B.

Nombre de lectures :

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable